Tout hospitalisé peut faire appel à l’Aumônerie de l’Hôpital où il séjourne. Corinne l’a fait et en a tiré le plus grand bien. Alors qu’on se le dise !

A 52 ans, hospitalisée pour dépression en psychiatrie sur l’hôpital d’Eaubonne, durant 2 mois, j’ai eu la chance d’être visitée et soutenue par l’Aumônerie catholique de cet établissement, plus précisément par Any T. On pense souvent que ce soutien est réservé aux personnes en fin de vie ; il n’en est rien. Toute personne, quels que soient sa confession et son âge, peut faire appel à l’Aumônerie de l’Hôpital. Mais je pense qu’en psychiatrie, cet accompagnement prend un sens tout particulier.
Lorsqu’on est en proie au doute, à l’angoisse, au désespoir, à la sensation d’incompréhension et que l’avenir vous apparaît comme un puits sans fond, on vit un ENFER. Le personnel soignant a beau être compétent et gentil, cela ne suffit pas. On ne sait plus à quel « Saint se vouer », on cherche une lumière, on a besoin d’un guide comme un aveugle dans le noir.

Je me souviens d’Any, la responsable de l’aumônerie de l’Hôpital d’Eaubonne, frappant discrètement à ma porte deux fois par semaine, illuminant la pièce de son sourire rayonnant d’amour et de ses yeux pleins de douceur. Je sens encore ses deux mains serrant les miennes alors que les larmes roulent sur mes joues. J’entends encore sa voix pleine d’empathie et de chaleur me rassurer, calmer mon désarroi et me donner des raisons d’espérer encore et encore. Ensuite la petite bougie électrique (le feu est interdit) qu’elle déposait à côté de nous. Puis notre prière, pour la guérison bien sûr, mais aussi pour que tous ceux qui souffrent puissent continuer des « jour après jour » sans se décourager ….. Si je suis debout aujourd'hui pour vous raconter cela, c’est bien sûr grâce à Any mais aussi à mon mari, mes enfants, mes parents, mes amis et certaines personnes douées d’une écoute formidable. Car ce qui est le plus horrible, et le mot est faible, lorsqu’on perd pied dans la dépression, ce sont la solitude et le manque d’écoute.
Or dans chaque hôpital une Aumônerie est présente. Ses membres sont là pour rendre visite aux malades, les écouter, prier avec eux, comme Any à Eaubonne. N’hésitez pas à le dire aux hospitalisés que vous connaissez.

Corinne Balmer

malades_et_Jesus.jpg