La solennité du mystère de l’incarnation du Seigneur que nous continuons de fêter jusqu’au dimanche 10 janvier (fête du Baptême du Seigneur), est source d’une joie durable. Vous savez ces petites ou grandes joies qui s’enracinent si profondément en nous qu’elles ne cessent de diffuser sérénité et paix quoi qu’il nous arrive. Ce sont des joies durables ! Loin des excitations surjouées, qui nous laissent souvent avec un goût amer au fond du coeur…

Cette joie durable comble nos attentes et nos désirs les plus profonds. Elle est un avant-goût de ce bonheur inimaginable auprès de Dieu, lorsqu’avec le Christ nous serons glorifiés en paradis. Un des premiers lieux où nous pouvons accueillir une joie durable, c’est au coeur de la relation de couple et de la vie de famille. Quoi que nous disent les médias, quoi que nous montrent les films et les séries… nous savons que nous sommes faits pour vivre un amour fidèle et respectueux. Nous savons que les enfants ont besoin de percevoir des parents qui restent amoureux jusqu’à la fin de leur vie. Cela semble utopique et pourtant, quand nous écoutons notre coeur, nous savons que là est le chemin de la vie, et d’une vie réussie. Le Mystère de Noël nous ouvre un chemin, contemplons Marie et Joseph, contemplons l’Enfant Jésus… Si l’on y regarde de près, il y avait pas mal de choses qui auraient pu rendre les relations difficiles : une conception hors relation conjugale, un enfant à la fois si humain et si différent, une connivence entre Marie et Jésus qui devait demander à Joseph un très grand amour… Ils ont choisi la confiance, ils ont choisi de s’accueillir avec leurs différences et d’en faire la source d’une communion profonde et d’une action de grâce envers Dieu…

Ensemble, avec toute l’Église et les familles de la communauté chrétienne, soutenons-nous dans ce chemin vers une joie durable et mettons, au coeur de la vie de couple et de la vie de famille, la présence de Jésus. Cherchons comment renouveler l’éducation des enfants et des jeunes afin qu’ils puissent désirer fonder un couple stable et fidèle. Apprenons-leur la joie d’attendre d’être mûrs avant de faire l’expérience de la sexualité, afin d’offrir le plus intime de leur être seulement à la personne avec qui ils pourront partager toute leur vie et recevoir la grâce du sacrement de mariage. Notre corps n’est pas une enveloppe extérieure, il est l’expression de notre coeur et le moyen de vivre une communion qui prend toute notre personne et notre vie ; particulièrement à travers l’union des corps d’un homme et d’une femme qui se donnent l’un à l’autre par amour. Dieu n’a rien fait de plus grand, de plus beau, de plus précieux ! C’est la Bonne Nouvelle de l’Amour que Jésus est venu nous apporter. Il s’engage avec nous sur ce chemin car il connaît nos fragilités et nos faiblesses. Il nous aide, avec l’Église, à bâtir une joie durable au sein des couples et des familles. Il vient offrir sa miséricorde à ceux dont la vie de couple et de famille est un échec ou un chemin difficile… À chacun de se tourner vers le Christ avec confiance et espérance : « Il crée pour chacun un avenir de bonheur… » (Isaïe).

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé de la paroisse du Plessis-Bouchard et de Franconville gare