Les autorités municipales du Plessis-Bouchard ont décidé de rénover notre ancienne Eglise Saint- Nicolas. Ce fut un choix lourd spécialement en ce temps de crise économique. Ce fut un choix fort : qui ne se souvient de l’affiche électorale du candidat François Mitterand en 1981, avec l’image d’un village serré autour de son clocher ? Voilà qui parle à l’imaginaire de tous, bien au delà du peuple catholique : un signe de cohésion sociale à une époque où on peut avoir l’impression qu’elle se détricote ! On s’en aperçoit quand on voit tous ceux et celles, si divers, qui pénètrent chaque jour à Saint-Nicolas (merci aux bénévoles qui assurent l’ouverture et la fermeture quotidienne !). Et depuis le dimanche 22 avril où nous y sommes allés en procession, le Saint-Sacrement y habite, le culte y a repris.

Statue_Vierge_a_l__Enfant.jpg
Mais une église catholique sans image de la Vierge Marie, est-ce envisageable ? L’ancienne statue en plâtre et sans valeur artistique était très abîmée et a dû être détruite. Fallait-il en acquérir une autre dans le commerce, objet manufacturé en grande série, en plastique ou en plâtre tel qu’on en trouve partout dans les fausses grottes de Lourdes ? Germa, alors, l’idée de faire exécuter par un artiste une oeuvre originale, conçue spécialement pour trouver sa place dans l’espace de notre église, qui serait laissée comme trace aux générations futures. Comme on admire aujourd’hui des Vierges du XIIème ou du XVIIème siècle, on pourrait dire plus tard : « voici une Vierge du XXIème siècle, voulue par les chrétiens de cette époque, témoignage de leur foi ».
Grâce à l’Association des Amis de l’Eglise Saint-Nicolas, une souscription a été lancée et des fonds recueillis. Voici à présent le temps de se lancer. Avec le concours de la Commission Diocésaine d’Art Sacré, des précisions ont été apportées :
 Comme matière : plutôt que la pierre ou le métal, le BOIS qui ressortirait mieux du lieu.
 Pas une « Piéta » (Vierge aux douleurs portant dans les bras le cadavre du Christ) mais plutôt une Vierge d’accueil ou de tendresse (avec ou sans l’Enfant Jésus).
 Statue en PIED plutôt qu’un visage ou un buste.
 Taille d’environ 1,20 mètre proportionnée à la place où elle sera érigée, sous l’oculus portant les lettres « AM » (Ave Maria).

Des sculpteurs contactés nous ont fait parvenir des photos d’oeuvres par eux déjà réalisées. Elles seront exposées pendant quelques jours dans nos églises avec le nom de leur auteur. Chacun pourra les voir. Chacun pourra donner son avis dans une urne. ATTENTION ! Le vote ne concerne pas la statue illustrée, mais l’artiste qui l’a réalisée.
C’est celui dont l’inspiration et le style correspondront le plus aux attentes exprimées qui sera ensuite retenu pour la création d’une oeuvre originale (en tenant compte de la somme déjà en notre possession grâce à la souscription… qui peut encore croître si la perspective de passage à la phase « action » et de pouvoir donner concrètement son avis sur le choix de l'artiste fait grandir la motivation.

Père Jean-Pierre