Au tout début du christianisme, après la résurrection du Seigneur d’entre les morts, les chrétiens se rassemblaient dans des maisons. Quelques familles venaient dans une autre famille, le samedi après la tombée de la nuit. Ils partageaient le repas avec les Apôtres où un « Ancien » racontait les faits et gestes du Christ, faisaient le lien avec les récits bibliques (Ancien Testament). Ils cherchaient à comprendre ce que Dieu leur demandait de vivre aujourd’hui… Puis après des prières, des louanges et des actions de grâces, l’eucharistie était célébrée. On disait alors « la fraction du pain ». Puis ils durent se cacher et se rassembler souvent dans des cimetières, en sous-sol, que l’on appelle les catacombes. Ce n’est qu’après l’édit de Constantin en 313 que les persécutions se sont arrêtées et que l’on a commencé à construire ce que nous appelons aujourd’hui des églises. Il est bon de se rappeler nos origines, CAR L’ÉGLISE EST UNE GRANDE FAMILLE DE FAMILLES. ELLE EST UNE COMMUNION AUTOUR DU CHRIST RESSUSCITÉ. C’est pourquoi le rassemblement du dimanche est si important. C’est pourquoi les liens d’amitié entre nous sont essentiels. Comment être disciple du Christ, seul dans son coin !!!

Dans notre paroisse, il y a de plus en plus de familles avec de jeunes enfants et des adolescents. Nous en sommes heureux ! Nous les portons dans notre prière. L’Équipe d’Animation Pastorale, les catéchistes et animateurs d’aumônerie, ceux et celles qui animent la célébration de la messe dominicale… cherchent à s’adapter. Comment rejoindre mieux ces familles et ces jeunes ? Comment leur permettre d’être à l’aise dans notre communauté chrétienne ? Comment les aider à mieux vivre leur vie de foi, mais aussi leur vie de couple, leur vie de famille ?

Il n’y a pas de réponse toute faite, mais nous portons dans la prière ces questions, nous essayons de nous ouvrir davantage à leurs préoccupations, à leurs besoins… C’est dans cet esprit que s’est mis en place, l’an dernier, un « coin des familles et des petits » pendant la messe. Des mamans avec nourrissons sont heureuses d’être là, un peu en retrait (ne gênant personne si les enfants font un peu de bruit). Elles sont heureuses aussi de se retrouver à plusieurs… Merci aux familles de nous dire ce qu’elles aimeraient, ce qui leur faciliterait la vie… comment nous pourrions les aider mieux…

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare