Afin de sortir de la surexcitation et vivre des relations d’une plus grande qualité et intériorité. Permettre de goûter ensemble la douceur et la chaleur qui émanent du coeur de Marie et de Joseph, qui émanent du Sacré Coeur de l’Enfant Jésus couché dans la mangeoire. La crise du Covid nous conduit à une liberté intérieure plus grande. Saurons-nous avancer joyeusement sur ce chemin à la rencontre du Seigneur ?

La liturgie de l’Église catholique est pleine de pédagogie. Le lendemain de Noël, nous célébrons le martyre de saint Êtienne. Il est le premier qui ait porté témoignage au Christ, « vrai Dieu et vrai Homme ». C’est pour cela qu’il fut lapidé jusqu’à ce que mort s’en suive. Au coeur du Mystère de la Nativité du Seigneur, la puissance des ténèbres et de la mort est à l’oeuvre. Trois jours après Noël, l’Église nous fait contempler le martyre des « Saints Innocents », ces petits enfants de moins de deux ans qu’Hérode le grand a fait massacrer en espérant tuer parmi eux le Christ. Pour échapper à ce massacre, répondant à l’avertissement de Dieu, Joseph fuit en Égypte avec Marie et le Divin Enfant. Noël fut bouleversé, et comment ! (Matthieu 2, 13-18)
Moins dramatique mais bouleversée tout de même, la Sainte Famille est conduite à quitter Nazareth, pour aller se faire recenser à Bethléem, Marie approchant du terme de sa grossesse. Recensement conduisant sur les routes et dans les auberges un très grand nombre de personnes. Que d’incertitudes ! Comment trouver un logement et un lieu approprié pour la naissance du Seigneur ? (Luc 2, 1-7) Les bouleversements qui s’annoncent pour la célébration du Mystère de Noël et les rassemblements en familles, ces bouleversements, acceptons-les comme une façon de communier – avec le Christ – aux drames que vivent tant et tant de familles déplacées, en exil, fuyant la guerre. Offrons ces désagréments en union avec Jésus vulnérable et remis entre nos mains. Nous pourrons alors goûter à cette paix et cette joie qui viennent du Ciel et que Dieu désire nous offrir à l’occasion de cette fête.

« La Lumière a brillé dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée… De sa plénitude, nous avons tous reçu. (Jean 1, 5.16)

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé de la paroisse du Plessis-Bouchard et de Franconville gare