D’après une première et rapide exploitation des questionnaires remplis qui ont été recueillis à la fin de la messe du 4 décembre - lequel invitait les paroissiens à mettre leurs dons et compétences au service de notre communauté chrétienne - il n’y a pas de soucis à se faire : la relève est bien là. Et ces recrues vont de 7 à 90 ans, la majorité se situant entre 20 et 40 ans.

Nous serions nombreux, jeunes et moins jeunes, à désirer visiter une personne âgée ou malade, à accompagner des familles en deuil, à s’impliquer dans le catéchuménat des adultes, à participer à l’animation d’un groupe de jeunes adultes ou à l’accueil à l’entrée de l’église, lors des messes dominicales.

Participer à l’équipe qui s’occupe du ménage de l’église ou à celle qui assume chaque semaine son fleurissement voit également se proposer des volontaires, sûrement des artistes en art d’ikebana. Et là, pour l’aide au fleurissement, c’est Dolorès Freitas, qui va être heureuse ! Tout comme les animatrices(teurs) de chants qui n’auront plus à courir, avant chaque messe du dimanche, pour trouver deux lecteurs(trices), du fait que plusieurs personnes ont manifesté leur désir de proclamer les lectures de la Sainte Ecriture.

Quant aux différents postes concernant la vie matérielle de la communauté, nous sommes déjà assurés qu’une dizaine de personnes sont partantes pour s’y atteler. Elles seront pilotées par Fidèle Loubet à qui le Père Guillaume a confié cette mission. Fidèle prendra le relais de François Trauchessec, lequel l’a amplement, brillamment et généreusement accomplie pendant des années. Merci, François !

D’autres personnes se seraient proposées pour différents services. Cela sera vu avec chacune d’elles, de façon à ce qu’elle soit là où elle sera le plus à l’aise et le plus utile. Chacune sera contactée après les fêtes de Noël. Une paroisse qui marche, n’est-ce pas ? Et qui vaut à son nouveau curé d’écrire : « Nous pouvons vraiment rendre grâce à Dieu pour la générosité de cette réponse au questionnaire et ce qu’elle témoigne de l’attachement de chacun à la vie et au développement de la communauté, à la réalisation de sa mission. Portons cela au pied de l’autel et offrons-le avec le pain et le vin afin qu’ensemble ils soient sanctifiés ».

Jacqueline HUBER (Source : Guillaume VILLATTE)