Il se méfie de l’affectation et des apparences et valorise la motivation et la qualité du coeur, comme l’illustre cette remarque concernant la prédication :
« Il faut que vos paroles soient enflammées, non par des cris et des actions démesurées, mais par l’affection intérieure. Il faut qu’elles sortent du coeur plus que de la bouche. On a beau dire mais le coeur parle au coeur, la bouche ne parle qu’aux oreilles. » Lettre à Mgr Frémyot, 1604
C’est un réaliste qui privilégie la voie de la simplicité et de l’humilité : « Ce n’est pas par la grandeur de nos actions que nous plaisons à Dieu, mais par l’amour avec lequel nous les faisons. »


Voilà une prière qui le tira d’un grand péril et que nous pouvons prier à l’intention de notre pays qui traverse une période difficile à l’issue incertaine :

« Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance, réclamé votre secours, ait été abandonné. Animé d'une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je cours vers vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds. Ô Mère du Verbe, ne méprisez pas mes prières, mais accueillez-les favorablement et daignez les exaucer. Amen. »

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville-gare