La foi est, certes, une démarche personnelle. Personne ne peut la professer à la place d’un autre. Cependant elle se reçoit. De Dieu dont elle est un cadeau qui nous unit à Lui. De l’Eglise qui, tout au long de notre vie, nous enfante, nous nourrit, nous élève et nous fait grandir dans la foi qui est la sienne. « Moi, j’ai mes idées » entendon parfois. Avant d’être « mienne », ma foi est celle de l’Eglise que j’ai reçue par de nombreux canaux, par l’entremise de nombreuses personnes et à laquelle j’ai constamment besoin de référer mon acte de foi personnel.

C’est ce qui est exprimé ce dimanche par l’étape de baptême que nous allons vivre avec notre catéchumène Delphine, après son accueil comme membre de l’Eglise lors de la messe du 15 novembre dernier à St-Nicolas. Debout face à l’assemblée, elle va accueillir les paroles du Symbole de la Foi, le « Je crois en Dieu » que nous allons proclamer devant elle, lui transmettant ainsi les paroles de notre foi pour qu’elle les accueille, les grave dans son coeur et en vive, en attendant son baptême dans la prochaine nuit pascale. Nous lui transmettons les mots de notre bien le plus précieux, ceux qui disent la foi qui, dès cette vie, nous unit à Dieu qui a ressuscité Jésus-Christ d’entre les morts. Puis, devant nous, elle redira cette foi, montrant qu’elle la reçoit de l’Eglise et qu’elle la fait sienne.

Un peu plus tard, « comme nous l’avons appris du Seigneur » ce sont les mots du « Notre Père » que nous adresserons à Dieu, et qu’en même temps, nous partagerons avec Delphine. Nous les avons reçus du Seigneur lui-même qui nous les a transmis par l’Eglise. Avec Monique qui, depuis trois ans, l’accompagne de notre part, Delphine a déjà réfléchi en profondeur sur cette prière. Ce seront désormais ses mots à elle aussi, avec lesquels elle se tournera vers Dieu avec le Christ et avec nous. Que Delphine, avec qui nous partageons dans la joie notre héritage, puisse compter sur notre fervente prière pour elle, pour Jérôme son mari et pour sa petite Eva. Mais qu’elle, de son côté, nous porte tous en la sienne !

Père Jean-Pierre