C’est l’invitation déchirante que Dieu transmet à son peuple par la voix d’Osée le prophète (Os 14, 2). Par la voix ? Pas seulement ! C’est toute la vie, même très intime du prophète Osée qui va transmettre l’appel de Dieu, un amour qui promet le bonheur, qui pardonne, qui demande de revenir. En effet, Osée a été abandonné par sa femme, partie avec un autre. A cette époque, c’est une punition sévère qui attend la femme adultère. Et voilà que Dieu demande à Osée d’accueillir de nouveau celle qui a rompu l’alliance et qui l’a trompé ! Sans esprit de vengeance, sans esprit de punition, sans jouer au triomphateur devant celle qui revient la tête basse. La porte ouverte ! les bras ouverts ! le coeur ouvert ! avec une promesse de printemps, de renouveau pour une vie de couple plus belle ! N’étant pas marié, j’ai du mal à me figurer comment Osée, mari trompé, a pu accueillir cette invitation de Dieu, j’imagine volontiers que ce ne dut pas être facile à vivre. Mais ce faisant, ce n’est plus seulement la voix du prophète qui proclamait la Parole de Dieu, mais aussi toute sa vie à travers le choix du pardon sans condition que Dieu lui demande. A travers Osée et sa vie conjugale difficile, c’est Dieu qui se présente devant nous comme l’époux bafoué dans l’amour qu’Il nous porte. Ne me quitte pas ! chantait Jacques Brel. Reviens, ô mon peuple vers le Seigneur ton Dieu ! nous demande le Seigneur.

catechumene.jpg
Bien souvent, la conscience de notre péché s’est émoussée : nous vivons dans une société où il ne faut surtout pas reconnaître ses torts. Il faut nier, se blinder, rejeter la faute sur d’autres. De plus, nous avons tendance à nous dire que, face à toutes les horreurs dont les media nous abreuvent, nos péchés ne sont pas si graves et qu’il ne faut pas en faire une histoire. Si notre amour pour le Seigneur était plus grand, nous sentirions probablement avec plus d’acuité à quel point nous avons pu Le blesser. Et voilà qu’Il nous dit par Osée : « Je t’ai aimé de tout mon coeur, et toi, tu m’as bafoué, tu m’as trahi, tu m’as abandonné ». Non pour nous faire des reproches, mais pour nous parler de beauté, d’olivier, de lis, de parfum, de fleur, de vigne, de vin de fête, de rosée du matin (ce sont quelques images qu’emploie Osée). Un printemps, un renouveau plus fort qu’avant. « Alors, je les guérirai de leurs infirmités, je les aimerai de tout mon coeur » nous fait dire le Seigneur par son prophète.

Reviens, Israël, vers le Seigneur ton Dieu ! Allons-nous écouter cet appel ? Allons-nous y répondre ?

Célébration communautaire du Pardon : Vendredi 11 avril de 20h 30 à 21h 30 église St-François

Confessions individuelles :

  • après le chemin de Croix du Vendredi Saint
  • Le Samedi Saint de 14h 30 à 16h 30
  • A la demande, auprès du prêtre.

Père Jean Pierre