Nous y étions en juillet, avec Marie-Hélène, pendant une dizaine de jours, plus précisément dans le Sud, où on peut marcher sur les traces du pape polonais. Il est devenu évidemment un héros national.

JP_2.jpg
Nous sommes allés à Wadowice, la ville natale de Karol Wojtyla. La messe dans l’église où il a été baptisé ne nous a pas déstabilisés, car même en polonais, le rituel ordinaire est identique à celui de nos offices, à l’exception de la communion qui d’office se donne par la bouche. Donnant sur l’église, à quelques mètres à peine, la maison natale de Jean-Paul II a été conservée, mais grandement réaménagée. Cette année, la petite reconstitution du logement a fait place à un important musée, à la fois instructif et attractif. Le parcours de salles thématiques (enfance, juifs, montagne, JMJ, Vatican, attentat avec le vrai révolver exposé, voyages, …) allie les formes les plus modernes et variées pour mettre en valeur les vrais souvenirs, les vidéos historiques et les témoignages d’admiration. Le culte de Jean-Paul II était vivace, bien longtemps avant la canonisation.
En témoignent les nombreuses statues édifiées devant les églises, anciennes et modernes, avec des choix d’attitudes disparates : du Pape les bras ouverts à l’émouvant vieillard en prière, penché sur son bâton de pèlerin. Des sanctuaires traditionnels de la Pologne sont dorénavant associés au culte du nouveau saint, car celui-ci leur vouait un profond attachement : Czestochowa et l’icône de la Vierge noire, Cracovie et le centre de la Divine Miséricorde qui abrite le cercueil de sainte Faustine et l’image du Sacré-Coeur irradiant, Kalvaria Zebrzydowska et sa Vierge des Anges, ….
Dans tous ces lieux et dans les églises en général, nous avons constaté à toute heure la piété des fidèles et la fréquence des temps d’adoration. En Pologne aussi, le catéchisme se transmet moins que par le passé, mais la désaffection commence seulement à se remarquer dans les paroisses. Pour l’heure, on construit toujours des églises et des superbes, comme celle dédiée à Notre-Dame de Fatima à Zakopane, avec une gratitude avouée pour avoir sauvé la vie de Jean-Paul II lors de l’attentat de 1981. Des reliques, en général des gouttes de sang, sont déjà proposées à la vénération des fidèles. Et à Cracovie, où Jean-Paul II a été archevêque, un gigantesque Centre spirituel avec sanctuaire, institut, musée, est en finition.
Tout est en place pour que les pèlerins du monde entier accomplissent un parcours de foi et de culture sur les traces de Saint Jean-Paul II, en Pologne, et vu les étapes possibles, de statue en statue, il peut être long et impressionnant.

Michel Rocher

Wadowice, la ville natale de Jean Paul II Wadowice.jpg
Wadowice_place.jpg