Pain Eucharistique piétiné, tabernacle ouvert à la hache, objets liturgiques précieux volés, le 12 février dernier à l’église Saint Michel de Morangis. C’est la huitième fois qu’une église est cambriolée dans l’Essonne depuis quelques mois. Cette fois-ci l’évêque d’Evry, Monseigneur Dubost, a réagi vigoureusement et pousse un cri de colère devant l’absence de réaction des pouvoirs publics et de l’opinion. Il est vrai que, quand un fait similaire arrive dans une mosquée ou une synagogue, on en parle et on agit bien davantage!

“A la suite d’un certain nombre de vols et de profanations, j’avais émis l’idée de mettre sur pied une commission ‘cambriolage’ pour visiter les églises, étudier, pour chacune d’entre elles, les dispositions à prendre pour augmenter la sécurité contre le vol, faire l’inventaire de ce qui pouvait être pris et le photographier. On m’a fait savoir que je n’en avais pas juridiquement le droit… et qu’il serait mis en place une commission officielle », explique-t-il.

« Les exactions continuent. Les pouvoirs publics sont donc responsables par leur carence », dénonce-t-il avec force. « Personnellement, je n’arrive pas à m’habituer aux profanations… S’il faut hurler, nous hurlerons. Après tout, nous aussi, nous sommes des citoyens ».

Dominique LE DU (source : Diocèse d’Evry)

eglise-saint-michel-morangis.jpg