Nos échanges et conversations sont habités par la façon dont nous allons fêter Noël en famille, ainsi que les fêtes de fin d’année. Pourrons-nous nous déplacer, nous rassembler avec nos aînés…? Pour certains, les circonstances ont fait qu’aucune rencontre n’a été possible depuis plusieurs mois ! Comment garder un côté festif et extraordinaire si nous fêtons Noël seulement « entre nous » ? Ces préoccupations légitimes, nous pouvons les partager avec Jésus, le Seigneur, notre ami le plus fidèle. Elles rejoignent toutes les situations plus ou moins angoissantes que traversent tant et tant de peuples et de familles, tant et tant de personnes de tous âges, de migrants… N’est-ce pas aussi ces préoccupations qui habitaient le coeur de Marie et de Joseph lorsqu’ils se sont mis en route pour être recensés ? Comment allait se dérouler la fin de grossesse de Marie, allaient-ils trouver un lieu pour la naissance de Jésus ? Allaient-ils trouver des personnes pour les accueillir ?

Ce que les évangiles nous rapportent de la Vierge Marie et saint Joseph, c’est une paix, un recueillement intérieur. Leur vie est entre les mains de Dieu. Quels que soient les évènements, même angoissants, dramatiques, ils gardent confiance en la puissance bienveillante de Dieu. Préparer Noël en ce temps de confinement et de crise, n’est-ce pas, avec Marie et Joseph, nous recueillir intérieurement – même au coeur de nos activités – et faire l’expérience que Dieu nous guide et nous offre ses grâces comme un époux entoure son épouse de prévenances et de délicatesses. C’est ainsi que parlent les prophètes dans la Bible. Oserons-nous en faire l’expérience ? Préparer ensemble Noël, c’est aussi vivre ces quatre semaines du temps de l’Avent en communion avec l’Église, en communion avec chacun des membres de notre communauté chrétienne. Il y aura bien sûr la participation aux messes dominicales, mais est-ce suffisant ? Il pourrait y avoir une prière quotidienne les uns pour les autres, en nommant des noms, en évoquant des visages, des situations, en demandant à l’Esprit Saint de nous purifier, de nous illuminer intérieurement, de nous transfigurer afin que nous puissions vivre ensemble une plus grande communion avec le Christ.

Soyons fous ! Si nous ne pouvons pas nous réunir avec notre famille élargie, pourquoi ne pas inviter un membre âgé, isolé, plus fragile de la communauté chrétienne, de notre voisinage…ou quelque chose de ce genre…

Et pourquoi pas venir en semaine dans une des églises, contempler le mystère de la Nativité en regardant la crèche et en restant silencieux, instruit intérieurement par l’Esprit Saint, transmettant aux plus jeunes cette expérience intérieure…

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé de la paroisse du Plessis-Bouchard et de Franconville gare