Il y va pour redonner aux chrétiens le sens de leur présence au Moyen-Orient. Le Liban, terre natale du christianisme, pays voisin de la Palestine où Jésus a séjourné durant sa vie sur terre, accueillera du 14 au 16 septembre prochains, le Pape Benoît XVI.

Liban_pape.jpg
Ce voyage sera l’occasion, pour Benoît XVI, de signer et de remettre l’Exhortation Apostolique pour le Moyen-Orient. Issue du synode des évêques, organisé par le Saint-Père à Rome en octobre 2010 sur le thème de «L’Eglise catholique au Moyen-Orient : communion et témoignage», celle-ci concerne 17 pays dont le Liban, la Syrie, l’Irak, Israël ou encore la Palestine, soit 350 millions de personnes dont 5,5 millions de catholiques parmi les 20 millions de chrétiens. L’Exhortation Apostolique comporte 44 propositions des pères synodaux. Plusieurs points importants, tel que la limitation du phénomène de migration pour consolider la présence des chrétiens dans leurs pays, la poursuite et l’encouragement du dialogue oecuménique et celle du dialogue interreligieux pour le renforcement, ainsi que la recherche d’un avenir commun, et la fondamentalité des relations avec l’islam et le judaïsme. Essentielles, dans la mesure où le Liban est une terre qui réunit l’ensemble des religions et confessions que l’on connaît au Proche-Orient et le seul pays de la région où tout individu demeure véritablement libre de choisir sa religion et d’en changer. La mission au Liban revêt une urgence particulière en raison des bouleversements auxquels la région est en proie ; elle restituera «le sens profond du Printemps Arabe, souvent déformé par les politiciens et les mouvements extrémistes», a exprimé auprès d’AsiaNews le Père Samir Khalil Samir, islamologue et professeur à Beyrouth, et très en lien avec l’AED. Le P. Samir espère que le Pape, visitant le Liban, aura une parole équilibrée qui puisse dissiper le malaise actuel des chrétiens. La présence des chrétiens et des catholiques au Liban, en effet, est une présence appréciée et aide le reste des chrétiens du Moyen-Orient, à travers les médias. La presse libre, les radios catholiques (comme la Voix de la Charité), ou les chaînes de télévision (Noorsat, Telelumière) sont suivies du monde entier par la diaspora, en Amérique, en Suède, en Allemagne, au Koweït. Parler au Liban signifie parler à tous les chrétiens d’Orient à travers le monde pour leur donner le message du Synode : «Restez au Moyen-Orient, là est votre mission». source : AED