Dès le lendemain du massacre des chrétiens de la cathédrale de Bagdad, survenu le 31 octobre dernier, le Conseil Français du Culte Musulman, dans un communiqué, déclarait être « horrifié du fait que ceux qui ont revendiqué cet acte barbare mettent en avant leur appartenance à l’Islam alors que leurs actes et déclarations sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de cette religion de paix. Aucune supposée cause, ajoutait-il, ne saurait justifier ces actes criminels qui constituent un véritable sacrilège contre le message divin et les enseignements prophétiques ». Cependant, conviés par des associations assyro-chaldéennes à manifester, à Paris, avec elles dimanche 14 novembre, leur soutien aux chrétiens d’Irak, des personnalités du monde musulman n’ont pas répondu à l’invitation. Quand les musulmans de l’islam authentique répandu dans le monde réussiront-ils à déplorer avec suffisamment de force, l’existence de ces courants fanatiques ? Courants dont Mgr Mikhael Al Jamil, du patriarcat d’Antioche, dit qu’ils « considèrent leurs concitoyens chrétiens comme une extension de l’Occident colonialiste, voire même une continuité des croisades »

Jacqueline Huber