Depuis 2000, 13 Etats du centre du pays ont instauré la charia, la loi islamique. Les violences interreligieuses se sont amplifiées ensuite, et spécialement dans l’Etat de Plateau. Cet Etat remporte de loin la palme des violences interreligieuses au Nigeria. Et ces dernières semaines, plus de 500 chrétiens ont été massacrés. Les chrétiens sont-ils menacés par un génocide ?

L’Etat de Plateau est une zone charnière entre le nord musulman où règne la Charia et le sud peuplé de chrétiens et d’animistes. La difficile cohabitation de ces peuples aux confessions différentes se trouve être la lame de fond de ces multiples tueries dans cet Etat. Ainsi, à l’origine des violences, il y a l’invasion des champs d’agriculteurs chrétiens par des troupeaux d’éleveurs musulmans, mais aussi des projets d’édifices religieux d’une communauté, récusés par l’autre. Le tout, dans un esprit de vengeance et d’intolérance qui frise l’inconscience.

La région de Jos est une zone centrale où plusieurs ethnies sont installées sur une bande de terre fertile, dans un contexte de croissance démographique exponentielle. De plus, depuis la colonisation britannique, des discriminations officielles sont admises entre les indigènes et les tribus nomades. Or celles-ci, minoritaires dans le Sud de l’Etat et musulmanes, refusent les expulsions, se révoltent au nom de la Charia et avec le soutien des peuples du Nord. Le cocktail est explosif. En réaction et afin d’apaiser les esprits, l´archevêque catholique de Jos, John Onaiyekan, a déclaré que les récents événements étaient davantage dus à des désaccords sur des questions ethniques et culturelles qu´à la religion. Mais cet avis n’est pas partagé par tous les responsables catholiques, tel que le Conseil chrétien des anciens de l´Etat de Plateau, qui a indiqué dans un communiqué que ces tueries constituent un génocide à l´encontre des chrétiens et que les réactions ne sauraient tarder…. Puisse la paix religieuse être possible !