Les quatre questions sur le chapelet qui ont été posées dans le Quizz du “Lien de l’été” ont suscité diverses remarques et interrogations. Cet article voudrait y répondre, tout en élargissant la réflexion sur le sujet. De nombreux mystiques et notamment Jean-Paul II, loin de considérer la récitation du chapelet comme répétitive, en ont fait une de leurs prières favorites, la trouvant riche en thèmes de méditation.

En effet, au fil des quatre chapelets qui constituent un Rosaire et qui évoquent successivement les Mystères Joyeux, Lumineux, Douloureux et Glorieux, on peut revivre vingt épisodes de la vie de Jésus. C’est le 16 octobre 2002 que Jean-Paul II a pris l’initiative d’ajouter, entre les Mystères Joyeux et les Mystères
Douloureux, ce qu’il a nommé les Mystères « Lumineux ». Ils manquaient, car il s’est passé bien des choses pendant la vie publique de Jésus, entre son enfance et sa Passion évoquées respectivement par les Mystères Joyeux et les Mystères Douloureux.

chapelet_et_main.jpg

Ces cinq épisodes supplémentaires, particulièrement significatifs, sont, rappelons-le :
- Le baptême de Jésus
- Les noces de Cana
- L’annonce du Royaume et l’appel à la conversion
- La Transfiguration
- L’institution de l’Eucharistie

Marie participait ou assistait de loin à ces grands événements. On peut donc la prier en pensant à ce qu’elle pouvait ressentir, elle qui était toujours proche de son Fils et intimement unie à Lui par le coeur. Tous les jours, le chapelet est récité à Lourdes à 15h30 avec les malades et peut être suivi sur Radio-Notre-Dame (100 point 7).
Au Plessis, deux petits groupes se réunissent à l’église Saint-François le vendredi, à 18h (en français) et à 19h (en portugais), pour prier autour d’un des quatre Mystères.
Ceux qui disposent d’une petite heure à ces moments-là peuvent s’associer à l’une ou à l’autre de ces démarches et particulièrement en ce mois d’octobre…mois du Rosaire et pourquoi pas le 7, fête de Notre Dame du Rosaire, justement un vendredi !

Hubert Ploix