Que d’hommes et de femmes traversent des souffrances et des épreuves, sont en recherche de sens sur la mort et sur la vie ! Dans cette recherche, chacun d’entre nous est inspiré par quelque chose qui l’anime au plus profond de lui-même. Cela peut être l’amour de ses proches, l’aspiration à une vie plus solidaire, une action pour un monde plus juste ou le goût, tout simplement, de bien faire ce pour quoi l’on est fait. Pour nous, chrétiens, ce « quelque chose » porte un nom : celui de l’espérance, de la foi en la résurrection du Christ. C’est cette foi joyeuse du matin de Pâques que je souhaite partager à tous.

Il y a 2000 ans, cette annonce de la Résurrection a vite franchi les frontières. Aujourd’hui, au XXIe siècle, non seulement nous avons le désir de transmettre cette bonne nouvelle, mais c’est pour nous comme une nécessité vitale. Comment pourrions-nous garder « en secret » ce chemin du bonheur offert par cet événement inouï de Pâques ? Cette année, la concordance de calendrier permet à tous les chrétiens de fêter Pâques le même jour. Nous nous en réjouissons profondément. Belle manière de célébrer la source de notre foi commune !

Pâques, c’est ce surcroît de sens pour la vie et pour la mort. Oui, la mort est vaincue ! La foi en la résurrection du Christ conduit à une vie nouvelle, oriente les coeurs vers la charité, fait regarder chaque homme comme un frère. En cette fête de Pâques, je souhaite donc dire à chacune et chacun d’entre vous qui habitez dans le Val-d’Oise : nul n’est exclu du bonheur de vivre, croyez en l’espérance, gardez confiance, car un jour, en Palestine, Jésus vous a précédés, a souffert, est mort, est vraiment ressuscité pour vous ! Alléluia !
Joyeuse fête de Pâques !

Mgr Stanislas Lalanne