Nous sommes en route vers Pâques. Ce temps de marche ou de préparation, passe par l’écoute et la médiation de la Parole de Dieu. Une Parole de vie, qui se veut lumière pour guider nos pas, éclairer notre route et nos choix. Une Parole qui nous invite à emprunter avec Jésus le chemin du bonheur. Un chemin où nous sommes visités, transfigurés par l’amour de Dieu.

Que serait notre carême sans cette rencontre, cette méditation de la Parole de Dieu ? Si Abraham notre père dans la foi a trouvé grâce aux yeux de Dieu (Gn 22, 1…18), c’est en raison de sa foi et de sa fidélité à la Parole de Dieu. Il a voulu que sa vie s’imprègne de la Parole de Dieu. Il n’avait qu’un seul désir : être proche de Dieu, lui faire confiance en suivant son chemin. Lorsque Dieu l’éprouve en lui demandant son fils unique en signe de détachement, il n’hésite pas. C’est sans regret qu’il répond à son invitation.
« Puisque tu m’as obéi, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. » Cette promesse de Dieu à Abraham, découle de sa fidélité à sa Parole. Il n’y a pas d’engagement à la suite de Dieu, sans cette rencontre avec la joie et le bonheur.
Parce que sa Parole nous ouvre le chemin du bonheur et de la joie, au jour de la transfiguration de Jésus en présence de certains de ses Apôtres (Mc 9, 2-10), son Père peut-il dire : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Ecoutez-le. »

L’écoute : une attitude sage et salutaire certainement, mais surtout un chemin de rencontre avec Dieu. Dans un monde qui bien souvent nous plonge dans le bruit, les préoccupations et les soucis de chaque jour, savoir faire silence en nous pour écouter, entendre Dieu qui nous parle aujourd’hui, Dieu qui nous visite dans les évènements, Dieu qui nous révèle son visage dans chaque personne que nous croisons sur notre route. C’est le défi pour ce temps de carême qui oriente nos regards et nos cœurs vers Pâques.

« -Ecoute, entends la voix de Dieu
A celui qui a soif,
Il vient se révéler.
Ecoute, que tout en toi se taise,
Que tout en toi s’apaise,
Et que parle ton Dieu.
Ecoute, laisse là ton souci
Que se taisent les mots,
Que s’éloignent les cris.
Ecoute, Dieu sème sans compter.
Sa parole est le pain
Qui vient nous rassasier. »

Fraternellement. Père Monné YAPO