Bonne nouvelle ! La Pastorale diocésaine des personnes handicapées en juin lance le numéro 1 de « Sacrées histoires, histoires sacrées », un journal mensuel en ligne qui leur donne la parole !

mains peintes.jpg

C’est sur cette ouverture que Mgr Lalanne insiste dans son éditorial : ce journal « veut donner la parole à chacun et chacune – personnes porteuses de handicap, familles, accompagnants, responsables de mouvements – et créer du lien ou le renforcer entre nos communautés et tous ceux et celles qui, fragilisés par le handicap, ne demandent qu’à prendre leur place et des responsabilités dans nos paroisses. Ce journal est à diffuser largement auprès de ceux et celles qui souhaitent oser la rencontre, en paroisse, dans les services et mouvements, afin que nous soyons tous attentifs à tant de personnes invisibles – pourtant membres à part entière de nos communautés et pleines de talents ! ».

Le premier numéro du journal est très naturellement consacré au vécu du confinement.
Les témoignages se succèdent. Certains évoquent des frustrations et des souffrances, tels que celui ci : « C’est bien difficile quand on n’entend pas : hier, j’ai dû sortir pour renouveler mes médicaments. Je me suis fait contrôler par la police : ce monsieur était bien gentil mais masqué. Il n’a pas enlevé son masque malgré ce que je lui ai dit. Il a fallu longtemps pour qu’on m’explique qu’il voulait ma carte d’identité... Par ailleurs, je n’ai pas de nouvelles des rendez-vous médicaux que j’avais jusqu’en avril et qui vont sûrement être annulés. Je vais devoir m’en occuper autrement que par téléphone. D’autres sont porteurs d’optimisme comme celui-ci : « Le confinement a protégé les gens les plus fragiles, comme moi. Et puis, j’ai mon fils à la maison. Je le vois grandir. Avant, avec le travail, je n’avais pas le temps. Maintenant on a des bons fous rires, on prie ensemble aussi. Et j’ai pu me reposer. J’étais si fatiguée ! ».

Et le journal se termine par une prière qui nous touche de près et qui a déjà été publiée dans le Lien, celle de Jean Pierre Delbos, notre ami de Foi et Lumière, où il offre ses projets littéraires « pour montrer que tous les blessés de la vie ont une utilité dans le monde »