Par ces paroles, le pape François a souligné le rôle majeur des familles pour la transmission de la foi, lors de la messe de clôture du Pèlerinage des familles à Rome, le 27 octobre.


enfants_sable.jpg

« Les familles chrétiennes sont des familles missionnaires… elles sont missionnaires dans la vie de tous les jours, en faisant des choses de tous les jours, en mettant en tout le sel et le levain de la foi », a dit le pape. Les occasions de mettre en pratique ce principe ne manquent pas.

La prière en famille

Elle semble hors de portée souvent : « parce que la prière semble être une affaire personnelle et puis il n’y a jamais un moment favorable, tranquille, en famille…". Le pape nous précise que « pour prier en famille, il faut de la simplicité ! Réciter ensemble le « Notre Père », autour de la table, n’est pas quelque chose d’extraordinaire : c’est facile. Et réciter le Rosaire ensemble, en famille, c’est très beau, ça donne beaucoup de force ! Et aussi prier les uns pour les autres : l’époux pour l’épouse, l’épouse pour l’époux, tous les deux pour les enfants, les enfants pour les parents, pour les grands-parents... »

La transmission de la foi

Le pape interroge les familles : "de quelle façon nous, en famille, nous gardons notre foi ? La retenons-nous pour nous, dans notre famille, comme un bien privé, comme un compte en banque ou savons-nous la partager par le témoignage, l’accueil, et l’ouverture aux autres ?". Cette attitude de partage rend les familles missionnaires de la foi.

La joie en famille

Comment la savourer et la maintenir ? Le pape donne les conditions. "Chères familles, vous le savez bien : la vraie joie que l’on goûte en famille n’est pas quelque chose de superficiel, elle ne vient pas des choses, des circonstances favorables… La vraie joie vient d’une harmonie profonde entre les personnes que tout le monde ressent en son coeur et qui nous fait sentir la beauté d’être ensemble, de nous soutenir mutuellement sur le chemin de la vie. Mais à la base de ce sentiment de joie profonde, il y a la présence de Dieu dans la famille, il y a son amour accueillant, miséricordieux, respectueux envers tout le monde. Et surtout, un amour patient : la patience est une vertu de Dieu et elle nous enseigne, en famille, à avoir cet amour patient, l’un envers l’autre. Avoir de la patience entre nous. Amour patient. Seul Dieu sait créer l’harmonie des différences. S’il manque l’amour de Dieu, la famille aussi perd son harmonie, les individualismes prévalent et la joie s’éteint. En revanche, la famille qui vit la joie de la foi la communique spontanément, elle est sel de la terre et lumière du monde, elle est levain pour toute la société."

Pour lire la totalité de l'homélie: www.zénit.org (du 27 10)