Début septembre, lors d’une rencontre avec des familles préparant la célébration du sacrement de baptême de leur enfant, ce constat fut exprimé : « La préoccupation du quotidien ne laisse pas de place pour Dieu et la vie en Église. »

Il y a comme des priorités concrètes qui s’imposent et ne laissent pas de place pour la dimension spirituelle de notre vie. Dans la même semaine, lors d’un entretien sur Radio Notre-Dame, un homme distinguait en chaque personne humaine : « le moi superficiel » et « le moi profond ». Il invitait à relier ces deux dimensions de notre personnalité afin de trouver la paix, d’établir des relations de qualité. Lorsque Dieu arrête l’oeuvre de la création à la fin du sixième jour, lorsqu’Il demande à son Peuple d’arrêter tout travail et activité servile « le jour du Seigneur »… Il offre à l’Humanité, aux familles et à chacun de nous, un espace de libération et de liberté ! Nous valons bien plus que toutes nos activités (professionnelles ou autres) ! Ce qui nous permet d’être pleinement humains, épanouis c’est cette relation avec notre « moi profond » où Dieu réside « en secret ». Ce qui est le fondement de notre bonheur ce sont les qualités de nos relations.

Dieu lui-même s’est arrêté ! La création n’est pas faite pour être infinie ; elle est faite pour entrer dans la communion de Dieu, goûter la vie et le bonheur de la vie qu’il y a entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Si Dieu commande à son Peuple de s’arrêter de travailler le jour du Sabbat, c’est bien qu’Il sait combien nous pouvons nous laisser prendre dans le piège des addictions, de l’activisme, de l’esclavage du toujours plus, du tout économique et du tout consommation… Ce commandement nous ouvre un espace de libération et de liberté pour goûter ce que nous avons reçu et accompli, pour mieux percevoir le sens de nos activités. Nous pourrons alors laisser monter en nous de la reconnaissance envers la vie, envers nos proches et envers Dieu notre Créateur et Père.

C’est pour cela que les disciples du Christ ne cessent de se laisser rassembler chaque dimanche pour la célébration de l’EUCHARISTIE, POUR UN TEMPS PRIVILÉGIÉ EN FAMILLE ET ENTRE AMIS. Je vous souhaite d’avancer sur ce chemin tout au long de l’année scolaire et pastorale.

Guillaume Villatte,  prêtre Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare