Le Père Henri DENIS, expert au Concile, a enseigné la théologie des sacrements à Lyon. Un jour, il lui a été demandé de tenir une chronique religieuse « grand public » à la radio. Quel défi de faire tenir en 3 minutes une annonce de la Parole accessible à tous, sur un ton direct et chaleureux, et sans appauvrir l’intelligence de la foi ! Pour l’Ascension, je lui laisse la parole.
Père Jean-Pierre

On dit que notre société sécularisée est remplie de gens qui ignorent jusqu’au sens des mots par lesquels le calendrier nomme les fêtes chrétiennes. Par exemple, l’ASCENSION. C’est un mot qui a l’avantage d’être compréhensible à tout un chacun, mais l’inconvénient d’assimiler un mystère du Christ à une sorte d’élévation folklorique ou d’escamotage dans les cieux : la scène évangélique n’a-t-elle pas été utilisée en publicité pour une marque de jeans ? Et pourtant, on est loin du folklore. J’aimerais vous rappeler la splendeur de ce mystère du Christ, le dernier avant le jour définitif puisque la Pentecôte sera mystère de l’Esprit.
On pourrait affirmer que l’Ascension du Seigneur est en quelque sorte l’achèvement de son Incarnation. Par la venue du Verbe en ce monde, c’est tout le cosmos, tout le monde des vivants, tout le peuple des humains qui est assumé. Tout cela est commencé à Noël. Mais ce mystère de la prise en charge de l’humain par Jésus va s’approfondir et se creuser dans le scandale et l’épreuve de la Croix, pour éclater en Résurrection, triomphe de la vie sur toute mort. Et voici enfin l’Ascension que l’on pourrait, que l’on devrait appeler en vérité l’assomption plénière et définitive. Traduisons : c’est en entrant dans le sein du Père que Jésus assume totalement notre humanité pour la conduire à son achèvement. Il avait raison, Saint Léon, d’écrire : « L’Ascension du Christ, c’est notre promotion » : notre nature humaine est promue au partage de l’amour de Dieu. Dans ce grand Corps que forme le Christ total, la Tête est déjà dans les cieux, mais les membres bénéficient de cette atmosphère divine dans laquelle elle baigne. C’est un mystère d’espérance. Car là où la Tête est passée, là aussi le corps tout entier passera. La Mission peut commencer : c’est la joie d’annoncer au monde sa plus belle destinée.