Cette manifestation nationale annuelle a pour objet de sensibiliser les chrétiens à la nécessité évangélique de se pencher sur tous ceux qui souffrent, que ce soit du fait de la maladie, d’un handicap, ou même de l’isolement dû à la vieillesse. Elle met aussi en valeur le travail obscur des équipes – religieuses, laïcs, diacres, prêtres – qui se consacrent à cette mission, en milieu hospitalier, en établissement de retraite ou à domicile.
Le thème fixé pour cette année est Tout le monde Te cherche, choisi à partir de la liturgie de la Parole du jour. Le pape François a publié un message, dont voici un extrait, pour expliciter le thème retenu.

sacrement_malades.jpg
aide_aux_malades.jpg

Le thème de cette journée s’inspire du passage évangélique dans lequel Jésus critique l’hypocrisie de ceux qui disent mais ne font pas (cf. Mt 23, 1-12). Quand on réduit la foi à de stériles exercices verbaux, sans s’impliquer dans l’histoire et les besoins de l’autre, alors la cohérence disparaît entre le credo professé et le vécu réel. Le risque est grand. C’est pourquoi Jésus emploie des expressions fortes pour mettre en garde contre le danger de glisser vers l’idolâtrie envers soi-même et il affirme : « Vous n’avez qu’un seul maître et vous êtes tous frères » (v. 8). La critique que Jésus adresse à ceux qui « disent et ne font pas » (v. 3) est toujours salutaire pour tous car personne n’est immunisé contre le mal de l’hypocrisie, un mal très grave qui a pour effet d’empêcher de fleurir comme enfants de l’unique Père, appelés à vivre une fraternité universelle.
Devant les besoins de notre frère et de notre soeur, Jésus offre un modèle de comportement tout à fait opposé à l’hypocrisie. Il propose de s’arrêter, d’écouter, d’établir une relation directe et personnelle avec l’autre, de ressentir empathie et émotion pour lui ou pour elle, de se laisser toucher par sa souffrance jusqu’à s’en charger par le service (cf. Lc 10, 30-35).