Treize préadolescents ont reçu, pour la première fois, Jésus présent dans l’Eucharistie, dimanche 12 mai. L’événement avait été préparé le 8 mai à Massabielle (Saint-Prix). Y participaient quelques parents dont Lucia et Hugo qui nous offrent ce compte rendu.
beatitude.jpg
« Nous voici embarqués vers Massabielle, Maison des Équipes Notre-Dame et Centre spirituel du diocèse de Pontoise, situé dans la ville de Saint-Prix. C’est une belle ville et nous apprenons que Victor Hugo y a séjourné. Première visite pour nous ! À la descente de voiture, nous regardons le paysage et apprécions la sérénité des lieux. Après un petit temps d’installation, nous mettons nos pas dans ceux des disciples d’Emmaüs (Luc, 24, 13-35) à travers la maison. Dehors, il pleut ! Cette marche se termine à la chapelle où, près du tabernacle, les enfants réagissent au texte de Luc 24,13 Des questions fusent sur ces disciples qui n’ont pas su reconnaître Jésus malgré le bouleversement provoqué par les dires des femmes qui étaient allées au tombeau, n’y avaient pas trouvé le corps de Jésus et avaient eu la vision d’anges qui le déclaraient vivant (Luc 24, 22-23). Pourtant ces disciples ont côtoyé Jésus longtemps, l’ont vu faire des miracles (Lazare, la fille du Centurion, le paralysé…) alors pourquoi n’ont-ils pas cru ?
Au fil des échanges, les enfants essaient de trouver des réponses. L’un d’eux, en citant une parole d’Evangile, interpelle ses camarades : « Pourquoi Jésus n’a-t-il pas agi avant la crucifixion ? – Parce qu’il fallait qu’il aille jusqu’au bout et qu’il montre qu’il est le Boss », le B.B.(Big Boss), lui répond L… Très beau moment ! Nous étions venus aider et ces échanges avec les enfants nous ont fait grandir dans notre foi. Vient la pause où une petite éclaircie nous permet de profiter d’une partie du parc et « Benco », café et thé nous réchauffent pour entamer cette partie de la matinée où nous préparons le sacrement de réconciliation. Nadine amène les enfants à réfléchir à ce qu’ils vivront en début d’après-midi avec le Père Guillaume. Nous avons retenu que la faute faite ne s’efface pas mais que nous nous débarrassons d’un poids qui nous permet de regarder autrement le mal qui nous a été fait ou que nous avons fait et que l’amour de Dieu est sans limites. Le repas nous attend. Après la bénédiction en compagnie du Père Guillaume, nous le partageons avec les 80 élèves de Notre-Dame d’Enghien qui se préparent à la Profession de foi. C’est parti pour une découverte du parc mais la pluie et les orages nous obligent à revenir dans la salle, où notre « Benco réconfort » nous attend avant de découvrir l’Evangile à travers les cinq sens. Ce fut un moment chaleureux et joyeux ! Le pain trempé dans de l’huile d’olive a suscité des grimaces comme d’agréables surprises.
Vient ensuite le sacrement de réconciliation qui débute avec l’exposition du Saint-Sacrement et, par petits groupes, les enfants le vivent. Quand il est terminé, notre groupe se rassemble et, ensemble, nous vivons un moment particulièrement fort et priant. Nous revenons au Plessis-Bouchard où, après un goûter, une partie de foot et des jeux, nous partons répéter dans l’église pour le grand Jour. Cette journée a été belle, enrichissante et forte en émotions malgré la pluie qui nous a accompagnés. »

Lucia et Hugo