Une des premières choses qui change, c’est le fait que cela occupe nos pensées, notre coeur et nos conversations. Très vite le rythme de vie va être transformé, puis viendront les préparatifs matériels pour accueillir l’enfant dans de bonnes conditions. Tout cela va prendre du temps et l’organisation de la vie de couple, de la vie de famille va changer, s’adapter sans cesse. Il faudra penser à accompagner les aînés (s’il y en a) pour qu’ils vivent bien l’arrivée de leur petit frère ou de leur petite soeur. La maturation et les changements de rythme, la prise de conscience de la responsabilité vont transformer les relations du couple, lui faire goûter une nouvelle communion, mais aussi peut-être le faire passer par des ajustements plus difficiles, peut-être douloureux…

N’est-ce pas ce cheminement que nous offre Dieu à travers la liturgie de l’Église catholique ? Cheminement du temps de l’Avent parsemé de petites lumières et de grâces offertes au fur et à mesure que nous nous disposons à célébrer le mystère de Noël et à y communier avec un coeur purifié. Il se peut que, certaines années, nous nous laissions aller sans nous engager personnellement dans la préparation aux solennités du temps de la Nativité du Seigneur.

Toute la question est celle de notre désir de « connaître l’amour du Christ » et d’en être renouvelé ! Lorsque le Fils de Dieu se fait chair en Jésus-Christ, « il vient rejoindre et éclairer tout homme en ce monde ». Le mystère est tellement grand et rempli de la plénitude de Dieu, que nous n’aurons jamais assez d’une vie pour y communier et rendre grâce à Dieu par toute notre vie… Frères et Soeurs, prenons le temps pour contempler avec les yeux du coeur ce mystère en nous mettant à genoux devant la crèche. Prenons le temps d’aménager un peu plus de temps pour Dieu dans nos journées afin de nous rendre plus disponibles à la présence du Christ Seigneur. Que notre joie et l’espérance dont elle est porteuse habitent davantage nos conversations. Enfin que la bonté, la paix qui petit à petit montent dans nos coeurs nous conduisent à une plus grande bienveillance et entraide avec les personnes que nous côtoyons et que nous croisons.

C’est cela Noël, c’est cela qu’ont expérimenté ceux et celles qui ont été voir l’Enfant dans la mangeoire ainsi que Marie et Joseph. « Ils louaient et glorifiaient Dieu de ce qu’ils avaient vu et entendu ». Leur vie en a été transformée… C’est la grâce que je demande à Dieu pour chacun et chacune de vous et tous vos proches.

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé de la paroisse du Plessis-Bouchard et de Franconville gare