Pour nous redire cette Bonne Nouvelle, je cède la parole à Jean Vanier, fondateur de l’Arche, communautés où, depuis des dizaines d’années, des personnes valides et handicapées vivent fraternellement ensemble.

Femmes_au_tombeau_-_MauriceDenis.jpg

"C’est le mystère du matin de Pâques : Jésus ne ressuscite pas pour Lui-même, mais pour nous. Il veut nous entraîner dans sa résurrection. Et pas seulement la résurrection des corps, à la fin des temps, mais une résurrection progressive, comme une lente et patiente maturation dans notre vie quotidienne. Nous avons à comprendre que Jésus nous invite à être des hommes et des femmes transformés. Nous avons, peu à peu, à apprendre à regarder les autres comme Dieu les regarde. La plupart du temps, nous regardons les autres à partir de nos blessures, de nos fragilités, de nos peurs. Notre résurrection est une transformation très lente où l’Esprit Saint, progressivement, transforme notre intelligence, notre coeur, pour que nous devenions pleinement des fils et des filles de Dieu."

Dimanche prochain 3 avril, nous nous mettrons en route vers la basilique d’Argenteuil pour notre pèlerinage paroissial du Jubilé de la Miséricorde. Passant la Porte Sainte, nous demanderons la grâce de cette première résurrection dont parle Jean Vanier,(( transformation progressive de notre être à l’image du Ressuscité, dans l’espérance de la résurrection finale, objet de notre foi, dans laquelle la victoire totale de l’amour de Dieu sur le mal sera accomplie .

Père Jean-Pierre