"Je suis prêtre de paroisse, dans le Val d’Oise, depuis 15 ans. J’ai fait acte de volontariat pour une mission extérieure de trois ans renouvelable une fois auprès du diocèse aux Armées qui gère les aumôniers catholiques. Après proposition de l’évêque aux armées et enquête, j’ai signé un contrat avec les armées. Je suis à Toulon, en charge de la Force d’Action Navale, des fusiliers marins, des plongeurs démineurs, de la flottille amphibie et du commando Hubert. Mon rôle est un soutien moral et spirituel. J’ai été intégré dans la cellule info-crise et je couvre par la photographie la vie courante du bord. Mais surtout, je célèbre quotidiennement la messe dans les entrailles du bateau. Je réalise mon premier embarquement, c’est donc une découverte totale. Pour l’heure, je n’ai pas eu (encore !) le mal de mer. Je découvre aussi un autre rapport à l’espace et au temps… En mer, tout est en même temps plus lent et plus rapide… Il faut avoir navigué pour comprendre !
Etre témoin de cette place centrale de l’Homme, dans toutes ses dimensions, au coeur d’un dispositif hautement technologique, au service du bien commun et de la Nation… L’humain et le spirituel étant souvent liés, je ne me sens pas frustré comme prêtre d’avoir ici une place qui peut paraître anecdotique. Je sais au fond de moi qu’une simple présence auprès de ces hommes est précieuse, même si elle ne se concrétise pas toujours par la dimension cultuelle. Etre témoin de cette dimension se passe souvent de mots et de discours, il suffit souvent d’être là, pleinement, en partageant les joies et les peines, les enthousiasmes et les contraintes de la vie à bord. Et ainsi, je crois que je serai à ma place, ni plus, ni moins !"

Pour lire la totalité de l’article: http://jdb.marine.defense.gouv.fr/index.php/post/2014/03/06/Premi%C3%A8res-impressions-d-un-aum%C3%B4nier-embarqu%C3%A9

amaury_cariot.JPG