Dans plusieurs passages de l’Évangile, nous sommes témoins du regard du Christ sur les personnes qui l’entourent :
• Il admire une pauvre femme qui met deux piécettes dans le tronc du temple : « tout ce qu’elle avait pour vivre » dit-il.
• Il admire le centurion romain qui exprime sa foi en demandant la guérison d’un de ses serviteurs : « Je n’ai pas vu une telle foi en Israël ! »
Cette semaine nous pourrions prendre le temps de porter notre regard intérieur vers telle ou telle personne, vers tel ou tel événement en cherchant à voir ce qui est beau, bon, porteur de vie et d’espérance. VOILÀ UNE FAÇON DE COOPÉRER À LA GRÂCE DU TEMPS DE L’AVENT.
Être réaliste consiste en cette capacité de percevoir ce qui germe, de nous réjouir des bourgeons et de leurs promesses…sans se laisser accabler par les aléas et les difficultés bien réels. C’est ainsi que s’exprime Dieu à travers les prophètes, particulièrement Isaïe.

 Lorsque le Christ regarde Matthieu, le publicain, il ne voit pas le pécheur, le jouisseur, le voleur, l’homme qui est exclu de la synagogue… il voit un homme qui désire autre chose, un homme qui attend d’être appelé à vivre autre chose…
 Lorsque le Christ est mis devant la femme adultère, il ne voit pas une pécheresse, une femme dévoyée…il voit une femme appelée à partager la sainteté de Dieu, une femme assoiffée d’être aimée et qui se trompe de chemin. Il lui dit « personne ne t’a condamnée…Moi non plus je ne te condamne pas. Va et ne pèche plus ».
Alors la joie et la louange montent du fond du cœur, une lumière nous enveloppe ; les difficultés et les inquiétudes restent bien réelles, mais un horizon s’est ouvert, une force s’offre à nous pour les affronter dans la paix du cœur. C’est cette admiration et cette joie qui montent dans nos cœurs devant les adultes qui demandent à préparer la célébration des sacrements de l’initiation chrétienne ; devant ces jeunes adultes (étudiants et jeunes pros) qui deviennent animateurs d’aumônerie, devant ces trois jeunes femmes qui rejoignent l’équipe d’accueil…et pourtant la vie sociale est parcourue de tensions, notre Église traverse une crise profonde… VEILLEURS, BÉNISSEZ DIEU, DANS LA NUIT, IL NOUS DONNE SA PAIX

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare