« Les autorités ecclésiastiques ne jugent pas de leur compétence de faire des affirmations générales de caractère spécifiquement psychologique ou médical, lesquelles relèvent naturellement des études des spécialistes. » Trois heures après la catéchèse de Benoît XVI, le 14 avril, le Porte-parole du Saint Siège, le P. Federico Lombardi, dans une brève déclaration officielle, s´est ainsi démarqué des propos tenus au Chili deux jours plus tôt par le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d´Etat du Saint-Siège, donc le numéro 2 du Vatican !

Le 12 avril 2010, en déplacement au Chili, le cardinal Bertone avait récusé le lien entre les affaires de pédophilie au sein du clergé et la question du célibat des prêtres, estimant alors que ce problème était lié à l´homosexualité. « Nombre de psychologues, de psychiatres, ont démontré qu´il n´y a pas de relation entre célibat et pédophilie », avait ainsi soutenu le « numéro deux » du Saint-Siège, avant de souligner que « beaucoup d´autres » avaient « démontré qu´il y a une relation entre homosexualité et pédophilie ».
Suite à ses propos, le Quai d´Orsay avait déclaré que la France condamnait les propos du « numéro deux » du Saint-Siège en y voyant un « amalgame inacceptable ». Dans plusieurs pays, de nombreuses associations homosexuelles se sont aussi élevées contre les propos du secrétaire d´Etat du Saint-Siège.

Comme en réponse, dans sa catéchèse du 14 avril, le Pape évoquait ce que devait être l’annonce de la parole divine. Benoît XVI parlant de « la désorientation de notre époque », précise la fonction du prêtre. C’est de « rendre présente, dans la confusion et la désorientation de notre époque, la lumière de la parole de Dieu, la lumière qui est le Christ lui-même dans notre monde. Le prêtre n’enseigne donc pas ses propres idées, une philosophie qu’il a lui-même inventée, qu’il a trouvée ou qui lui plaît. Le prêtre ne parle pas de lui, il ne parle pas pour lui, pour se créer éventuellement des admirateurs ou son propre parti. Il ne dit pas des choses qui viennent de lui, ses inventions, mais, dans la confusion de toutes les philosophies, le prêtre enseigne au nom du Christ présent, il propose la vérité qui est le Christ lui-même, sa parole, sa façon de vivre et d’aller de l’avant… Le prêtre enseigne au nom du Christ… »

En se démarquant officiellement des propos du cardinal Bertone établissant un lien entre homosexualité et pédophilie, le Vatican, par son porte-parole, marque les limites des compétences ecclésiales. Même si le Père Lombardi a prudemment précisé qu’« Il est bien sûr ici question de la problématique des abus de la part de prêtres et non au sein de la population en général », ce rappel à l’ordre et la catéchèse de Benoît XVI s’inscrit dans les messages à retenir de cette Année Sacerdotale.

(source : Info Catho du 14 04)