Nous sommes appelés à nous investir toujours davantage dans les associations et dans la vie politique. Faisons-le au nom du Christ et de l’Évangile. Il n’est pas question d’imposer notre foi, mais d’apporter le témoignage du Christ à travers le sens du bien commun, de la personne humaine et des plus fragiles.
Notre regard sur la création est aussi un levier pour aider à vivre la transition écologique. Le Christ fait de nous « des reflets de sa Lumière », « le levain dans la pâte », nous ne pouvons pas passer à côté. Il me semble important d’accueillir et d’appeler des plus jeunes pour animer les associations et la vie politique de notre commune. C’est un défi délicat mais nécessaire.
Un autre défi important me semble être de voir se lever plusieurs oppositions : pour stimuler, aiguillonner et éviter ce qui peut advenir quand on reste « entre soi ».
Je suis inquiet quand, dans certaines élections nationales ou européennes, je vois un pourcentage important de Plessis-Buccardésiens voter pour l’extrême droite. Il est certain que nous devons trouver un nouvel équilibre entre l’ouverture aux autres peuples, aux nations, et un attachement à notre histoire, notre culture, la terre de nos pères… Le troisième défi que je relèverai est celui d’aller à la rencontre des familles musulmanes que nous croisons dans les rues. Apprenons à les connaître et tissons des liens entre nous ; elles vont aussi apprendre à nous connaître. Les enfants jouent ensemble, il peut se nouer des amitiés qui sauront désarmer les violences futures… Les élus et les différentes associations de notre commune sont appelés à prendre des initiatives dans ce sens. Il est important que nous puissions mieux connaître de l’intérieur la religion musulmane afin de pouvoir « estimer la foi des croyants de l’Islam ». Dans le même temps, il est important de pouvoir les questionner de façon rationnelle, ferme et bienveillante… Nous aimerions qu’ils fassent de même avec nous !.

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare