Autour du 21 août dernier, des milliers de bénévoles ont accompagné 50 000 enfants à la mer, à la montagne, dans des parcs animaliers ou de loisirs. Ces « oubliés des vacances » étaient, pour la plupart, restés chez eux tout l’été. Ils étaient 5 000 à s’amuser au parc de Disneyland©Paris. D’autres ont découvert les merveilles du Futuroscope ou de l’Aquarium de La Rochelle. Certains ont ouvert grand leurs yeux et leurs oreilles au Musée de la mine de Saint-Étienne. D’autres encore ont profité du grand air sur l’île d’Elbe, au lac de Gérardmer, dans les Vosges ou ont pu s’ébattre dans les vagues de la Méditerranée à Frontignan et de l’Atlantique dans l’île de Noirmoutier. Les bénévoles avaient préparé des sorties dans bien d’autres sites remarquables. À Deauville, les pieds dans l’eau, Binta surveille la baignade du groupe d’enfants de sa ville, Colombes (Hauts-de-Seine), avec lequel elle est venue : « J’étais comme ça au même âge, des super souvenirs ! ». À 18 ans, la jeune fille qui porte une casquette jaune du Secours populaire, est bénévole pour la seconde année. « Mais la Journée des oubliés des vacances, j’y viens depuis que j’ai 5 ans ! »

vacances Secours Populaire.jpg

Ce type de parcours est la preuve que les Journées des oubliés des vacances « ouvrent les portes et les fenêtres de l’espoir », se réjouit Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire. « Regardez ce bonheur, écoutez leurs rires. Je kiffe ! » Les enfants courent avec de l’eau jusqu’aux genoux, s’éclaboussent, jouent. Avec ses frères et soeurs, Binta vivait dans une famille au « budget restreint ». Un père hôtelier, une mère femme de ménage, alors partir en vacances « c’était compliqué ». « La Journée des oubliés des vacances, ça a toujours été LA sortie de l’été, j’attendais ça des mois à l’avance. Et le jour dit, même très petite, je me réveillais toujours tôt, j’étais excitée ». Baignade, jeux, pique-nique, activités sportives, danse, châteaux de sable, les livres de la maison d’édition Rue du monde, la journée est bien remplie, mais ce qu’elle préfère c’est encore de rencontrer des enfants et des adolescents d’autres villes. « Sur la plage, c’est parfois plus facile que dans le quartier : vous venez d’où ? Venez, on fait le jeu ensemble ! » Aujourd’hui encore, un enfant sur trois ne part jamais en vacances. C’est pourquoi le Secours populaire organise cette journée de détente après le 15 août, car un petit qui n’est pas parti à cette date ne partira plus. Pour sa 40éme édition, la Journée des oubliés des vacances a accueilli 50 000 enfants et adolescents.
Source : https://www.secourspopulaire.fr/