Le nom du sacrement a changé : Appelé hier « confirmation », il s'appelle désormais « chrismation »

Le samedi 26 novembre le Père Thierry BUTOR, vicaire épiscopal, accueillait dans notre église Saint-François de Sales, au nom de notre évêque, une trentaine de jeunes du Plessis-Bouchard, de la paroisse de Franconville et de son école Jeanne d’Arc, un jeune de Sannois et une adulte du groupement paroissial Taverny-Beauchamp-Bessancourt, à qui il allait donner le sacrement de confirmation.
Un peu déçus, nos jeunes, en apprenant, lors de leur retraite, que ce ne serait pas l’évêque qui serait là pour les confirmer. Mais ils furent bien vite conquis par Thierry BUTOR, venu les rencontrer deux semaines auparavant et qui leur avait expliqué que, vicaire épiscopal, il tenait lieu d’évêque. De fait, en confirmant les jeunes, il s’est adressé à chacun avant de les envoyer en mission. Et ils en ont été très touchés.

Après la cérémonie, des personnes sont venues nous voir : elles l’avaient trouvée très belle et très priante. Visiblement, l’attention des jeunes était tendue jusqu’à la chrismation, ce moment où ils ont reçu l’onction d’huile sainte. Il est vrai que, lors de la préparation, nous leur avons répété assez fréquemment - trop, diront les jeunes - : « Au moment de la chrismation, Dieu est là, pour toi, Il te parle, écoute-Le ». Et nous ajoutons : « comme tous les dimanches, lors de l’Eucharistie… ». Ce jour-là, nous avons aperçu des larmes sur les joues de certain(e), lors de leur chrismation. Je ne sais pas ce que retiendront nos jeunes confirmés mais, parmi ceux de l’année dernière, l’un m’a dit : « J’ai vécu la cérémonie avec une participation différente ; j’ai perçu des choses différentes ».

Comme Thierry BUTOR l’a dit dans son homélie, il y a peut être « no futur » mais un AVENIR dans lequel nous devons avoir confiance et prendre notre part, notre place, car Dieu est avec nous.

Daniel SIGURET