Malgré la pluie, il a été allumé le feu pascal qui marque le début de notre veillée pour célébrer le Christ ressuscité. Notre procession vers l’Eglise avait, une fois de plus à sa tête, le Cierge pascal qui éclairait notre marche. « Signe » du Christ lumière du monde qui vient éclairer les nations, ce Cierge va illuminer toutes nos célébrations eucharistiques durant le temps de Pâques. En somme il nous rappelle que le Christ est vraiment ressuscité.

Nous sommes donc entrés dans le temps pascal. Nous pouvons réentendre ces belles paroles de la bénédiction solennelle du temps pascal : « Ils sont finis, les jours de la passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité ; suivez-le désormais jusqu’à son Royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite. » De fait, comment le monde peut découvrir le sens et la portée de la Pâques, si ceux et celles qui se réclament de Jésus ne vivent pas comme des ressuscités ?

Le livre des Actes des Apôtres nous le rappelle aujourd’hui encore : c’est en vivant ce qu’ils croyaient que les Apôtres ont aussi proclamé la Bonne Nouvelle là où ils étaient. L’évangile peut devenir Bonne Nouvelle pour des hommes et des femmes d’aujourd’hui si ceux et celles qui croient en Jésus ressuscité en vivent. « La paix soit avec vous ! » (Jn 20, 21a) Ces paroles sont celles du Ressuscité à ses disciples. Et il ajoute : « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (Jn 20, 21b)
Aujourd’hui encore nous pouvons nous poser la question du témoignage que nous avons à donner là où nous sommes. En essayant d’entrer dans l’esprit de cette invitation du Ressuscité (La paix soit avec vous !), en agissant pour la paix, une paix qui nous pousse à aller à la rencontre de nos frères et sœurs, à rompre tout isolement autour de nous, à vivre le pardon dans nos familles parfois au bord de la rupture, nous pouvons devenir l’évangile en actes.

« La paix soit avec vous ! » Faire œuvre de paix, agir à temps et contretemps pour la paix, c’est, à la suite du Ressuscité, faire éclater la lumière de l’évangile. Dans un monde encore marqué par la guerre, la violence et la discorde, le Vivant nous envoie annoncer la Bonne Nouvelle. Il fait de nous les hommes et les femmes de son Corps. Il fait de nous son visage et ses mains pour qu’advienne le Règne de Dieu son Père. Comment entendons-nous son invitation ? En quoi sommesnous ressuscités avec le Christ ?

Fraternellement. Père Monné YAPO