Au matin de Pâques les femmes qui étaient allées au tombeau découvrent que celui-ci est ouvert. Sans attendre, elles vont annoncer aux Apôtres : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis.» (Jn 20, 2) Simon-Pierre et le disciple que Jésus aimait (Jean) se rendent au tombeau pour vérifier l’information. Simon-Pierre qui fait figure d’ancien et de responsable du groupe entre le premier dans le tombeau comme si Jean voulait souligner sa prééminence dans ce groupe. Le constat est clair : il n’est pas question d’enlèvement car « …le linceul est resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place. »

Pour le disciple bien-aimé ces signes simples et modestes révèlent une réalité plus grande encore : « Jésus est Ressuscité, vraiment Vivant ». De fait s’il s’agissait d’un enlèvement le linceul ainsi que le linge qui recouvrait la tête auraient été emportés avec le corps ; mais rien de tout cela. Il ne s’agit pas d’une preuve mais d’un signe, un signe qui témoigne de l’accomplissement des Ecritures. Un signe tellement fort, une expérience tellement profonde que le disciple bien-aimé est conduit à la foi : « Il vit et il crut » (Jn 20, 8)

La résurrection du Christ nous met en route route. Elle nous invite à aller de l’avant. Dans sa mort et sa résurrection le Christ se donne. Il témoigne que l’amour est plus fort que le mal. Il nous révèle que le don de soi, dans le service de ses frères et sœurs, est possible. Par sa résurrection, il annonce au monde que la mort, sous toutes ses formes, n’a pas le dernier mot et que Dieu est et demeure le maître de la vie et qu’il nous invite à la vie, la vie en lui et avec lui. Il nous invite à vivre dans l’Esprit du Ressuscité.

A la suite des Apôtres, nous croyons que le Christ est vraiment ressuscité. Nous croyons que notre vie est en Dieu et que le Ressuscité est avec nous. Saint Paul disait : « Vous êtes mort avec le Christ…et votre vie reste cachée en Dieu. » (Col 3, 3) « Vous êtes ressuscité avec le Christ » (Col 3, 1). Cette foi qui nous anime il nous l’annonce, mais plus qu’une simple annonce il nous faut en vivre. Comme les premiers disciples, aujourd’hui encore notre témoignage est essentiel pour que le monde découvre que Jésus est vivant, vraiment vivant.

Il n’y a que nous pour dire que Christ a vaincu la mort mort. Mais comment ? Qu’est-ce qui, aujourd’hui, peut donner à nos contemporains de découvrir ou de faire l’expérience de la victoire du Christ sur la mort. Cette mort qui nous retient loin de Dieu. Cette mort qui s’appelle « haine, jalousie, médisance, calomnie, mépris, racisme, diffamation, violence, désir de vengeance ». La résurrection est un défi pour nous. Nous devenons croyants parce que nous acceptons nous aussi de vivre comme des ressuscités. Nous devenons croyants parce que notre foi prend sa source dans la vie de celui qui a fait l’expérience de la mort et qui est vivant.

Fraternellement. Père Monné YAPO