Comme le veut la tradition de l’Eglise, ce dimanche (Quatrième ‘’4ème’’ dimanche de carême) est celui de la joie ou encore le dimanche de l’appel à la réjouissance. Nous réjouir, se laisser porter par la joie, une sainte joie, ouvrir son cœur à la joie parfaite. Le motif de cette joie qui devrait nous habiter nous est révélé à travers la Parole de Dieu que nous écoutons en ce temps de marche vers Pâques. Ainsi contrairement à ce que nous pouvons penser ou croire, le carême n’est pas le temps de la tristesse ou de l’angoisse encore moins de la peur.
Le prophète Néhémie s’adressant aux enfants d’Israël disait : « Ce jour est consacré au Seigneur notre Dieu Dieu, ne prenez pas le deuil deuil, ne pleurez pas. » Nous pouvons paraphraser le prophète en disant : « Ce temps du carême est celui de la marche avec le Seigneur Seigneur, n’ayons pas peur d’aller vers lui, n’hésitons pas à répondre à son appel. Ce temps est consacré au Seigneur notre Dieu, c’est celui de la joie. » Le motif de cette joie qui doit nous habiter en ce temps de carême, c’est cette présence de Dieu parmi nous. Dieu nous tend la main, il est le premier à faire le pas vers nous. Comme ce père qui espérait le retour de son fils dans l’évangile de Luc appelé communément ‘la parabole de l’enfant prodigue ’’ (Lc 15, 1-3.11-32), Dieu attend notre retour. Dieu continue de nous aimer d’un amour sans réserve et inconditionnel, un amour de premier choix. Son amour se manifeste par sa miséricorde pour nous.

Il témoigne que son regard à lui n’est pas celui qui juge ou condamne mais il est un regard plein de tendresse et de pardon. Il est un regard qui apporte la libération. En ce temps de carême, nous allons à nouveau faire l’expérience de cette miséricorde ou de la joie que procure la présence de Dieu à travers cette journée du pardon et de la réconciliation qui nous est proposée (mercredi 17 mars). « Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez laissez-vous réconcilier avec Dieu. » (2Cor 5, 20b). Cet appel de l’Apôtre Paul se veut une invitation pour nous particulièrement en ce temps de carême, temps de la réconciliation avec Dieu et notre prochain. Parce que l’initiative vient de Dieu, notre cœur ne peut qu’être dans la joie. Laissons donc éclater notre joie, Dieu est au mi milieu de nous. lieu

Fraternellement. Père Monné YAPO