Quand la catéchèse a repris en septembre, nous étions loin de penser vivre autant de moments riches en éclats de rires, en intériorité, en déceptions, en émerveillements. Nous changions de format, deux groupes, un le samedi et l’autre le dimanche avant la messe dominicale, désormais partie intégrante de nos séances.

catéchisme on y va.jpg

Cette année, le projet de présenter une pièce de théâtre à la fête de notre saint patron François de Sales n’a pu se faire et est reporté. Une de ces phrases a été illustrée et décore la salle du Bon Pasteur : « Fleurir là où on est semé ». Si au début, nos séances ont eu lieu dans les salles, très vite la visioconférence a pris le pas. Ce qui n’a pas été une mince affaire ! Il a fallu s’adapter aux contraintes techniques, surtout le choeur d’enfants, et faire abstraction de cette distance imposée pour continuer à découvrir Jésus. De très beaux échanges ont été vécus malgré quelques silences et les temps de prière, souvent craints, ont été empreints de la grâce de l’Esprit Saint, ainsi chacun a pu vivre un vrai coeur à coeur avec Jésus. La communauté comme les messes nous manquaient ! En décembre, Dieu merci, le temps de l’Avent a pu exister malgré la distance, au travers de deux actions : une en faveur des enfants du Secours Populaire qui nous avait sollicités et l’autre pour les résidents du Grand Clos. Les enfants leur avaient fabriqué des anges. Après une quatorzaine stricte, ils ont pu passer une petite heure à la résidence et sont revenus décorer la crèche de la salle du Bon Pasteur. Que cela nous a fait du bien de nous retrouver ce samedi 12 au matin pour notre célébration d’Avent ! Certes avec un léger temps d’adaptation mais tellement heureux d’être tout simplement là !

2021 nous a retrouvés encore en visio pour 3 séances et avec beaucoup de précaution, nous avons pu assister aux messes du 6 et 7 février. Nous nous préparons à vivre le Carême dans la confiance, espérant nous rassembler parfois en petit groupe, et nous continuons à finaliser notre projet théâtral de début d’année.

Les enfants et les catéchistes