“Je suis le Bon Pasteur, le vrai Berger” (Jn 10, 27) Deux expressions fortes qui nous donnent de découvrir à la fois l’identité profonde de Jésus le Ressuscité et le sens de sa mission. En reprenant à son compte ces deux expressions traditionnellement utilisées pour désigner Dieu lui-même dans l’Ancien Testament, Jésus révèle par là qu’il est Dieu, l’expression parfaite du Père. “Il est venu pour que par lui et en lui nous ayons la vie en abondance. Il est l’unique Chemin de l’homme vers Dieu. Personne ne va vers le Père sans passer par moi”, dira t-il.
“Mes brebis⁄je les connais⁄Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main” (Jn 10, 27-28) Jésus peut donc s’attribuer ce titre de Bon Pasteur et de Vrai Berger parce qu’il a le souci de l’Homme et de tout homme. Il n’a qu’un seul désir, notre bonheur dans le don de sa vie. Cette mission de Pasteur et de Berger qui nous donne de découvrir, qu’en Jésus, c’est véritablement Dieu qui s’est fait l’un de nous, il a voulu qu’elle se prolonge dans le temps et l’espace. Aussi pouvons-nous comprendre l’appel et le choix des douze. Ils sont invités à participer à sa vie et à sa mission de témoin de l’amour de Dieu.

En célébrant, en union avec le Pape Benoît XVI, la 47ème Journée Mondiale de Prière pour les Vocations (en ce 4ème dimanche de Pâques - dimanche du ‘’Bon Pasteur’’), notre souci reste le même : que Dieu suscite aujourd’hui encore des « pasteurs », des « bergers » à la suite de son Fils (le véritable Pasteur et Berger) pour le service de son peuple. C’est une urgence lorsque nous nous référons à la réalité sur nos paroisses.
Comme il le rappelle dans son message pour cette Journée Mondiale de prière pour les vocations : le témoignage de ceux qui ont déjà dit « Oui » à l’appel du Christ est essentiel pour faire naître dans le cœur des jeunes le désir de vouloir se donner corps et âme pour le service de l’évangile et de l’Eglise. “Encore aujourd’hui, écrit Benoît XVI, dans lÊEglise : Dieu se sert du témoignage des prêtres qui sont fidèles à leur mission pour susciter de nouvelles vocations sacerdotales et religieuses au service du peuple de Dieu.”

Cependant n’oublions pas aussi la place de la communauté et des familles chrétiennes dans l’éclosion des vocations. Sommes-nous soucieux de voir naître dans nos communautés des vocations à la vie sacerdotale et religieuse ? Comment aidons-nous nos jeunes et nos enfants à faire l’expérience de la vie avec le Christ ? Comment vivons nous la transmission de la foi à notre entourage pour faire se lever au milieu de nous des jeunes, des hommes et des femmes qui peuvent comme les Apôtres dirent : ” me voici Seigneur pour faire ta volonté. “

Fraternellement. Père Monné YAPO