Plusieurs rendez-vous pour les enfants du caté en ce mois de janvier : l’Epiphanie, la troisième étape de préparation à la Première des communions, notre fête patronale de saint François de Sales et la présentation de nos voeux aux résidents de la maison de retraite du Grand-Clos. Chacun de ces événements permet la mise en pratique de ce que nous abordons par petites touches actuellement en séances : Choisir.
Les enfants sont amenés « à faire des choix dans leur vie pour vivre avec les autres et avec lui-même de manière digne » (Diffusion catéchétique – Lyon). Dois-je faire le bien ou le mal ? Comment savoir ? Par la réflexion ? Le discernement ? Faire un choix est difficile. Cela demande un engagement, une chose qu’on abandonne. Notre entourage peut influencer sur notre choix. Sommes-nous libres de choisir ? Comment je me sens après avoir fait un choix ? Grâce à la lecture du Deutéronome (30, 15-20), que nous avons marmonnée, les enfants ont tous choisi la vie, avec l’aide de Jésus. Que Dieu puisse leur faire la grâce de toujours leur permettre de choisir la vie »

Terez

choisir la communion.jpg

EN CHEMIN VERS LA PREMIERE COMMUNION

Ils sont un groupe de quatorze enfants à se préparer à recevoir l’Eucharistie pour la première fois. Et ce avec le concours de leur animatrice Nadine. « Le but de cette préparation, explique-t-elle, est de mieux leur faire connaître ce qu’est réellement la messe. Non seulement ses différents temps mais aussi le sens des prières et des gestes. » Car, poursuit Nadine, « les enfants sont appelés, comme tous les chrétiens, à suivre le Christ. Or « le chemin s’accomplit à la fois seul mais aussi au sein d’une communauté réunie le dimanche à la messe ». Ainsi, au cours d’une de ces célébrations dominicales, les enfants ont accepté de suivre Jésus, en répondant chacun à l’appel de leur prénom : « Me voici », à l’image de la réponse faite à Dieu par le prophète Samuel alors enfant. Après avoir été appelé trois fois par Dieu au cours d’une nuit : « Samuel », « Samuel », « Samuel », celui-ci, sur le conseil du prophète Elie, lui avait répondu « Me voici » (cf. Ancien Testament, 1 Samuel, 1-18).
Depuis, Nadine a abordé avec les enfants : le « temps de l’accueil » (première partie de la messe) et plus particulièrement le sens du signe de croix que les participants à une messe tracent sur leur front, leurs lèvres et leur coeur au moment d’écouter la lecture de l’Evangile. Tracé sur le front, il signifie : que notre esprit s’ouvre à la Parole ; sur les lèvres, que notre bouche témoigne, à notre tour, de cette parole ; sur le coeur, que celui-ci l’accueille avec amour. « Nous avons aussi particulièrement insisté sur la prière pénitentielle, moment où chacun vient « déposer les nuages qui habitent son coeur » et demande pardon au Seigneur. » Le « temps de la Parole » était à l’ordre du jour de la séance du dimanche 13 janvier : Ancien Testament, Evangile et Epîtres. La Parole, signe de l’alliance entre Dieu et les hommes.

Nadine Lenoir et JH