Notre Pape François nous invite tout au long de l’année à vivre LE JUBILE DE LA MISERICORDE. Et sur les 5 continents, les catholiques prennent localement des initiatives avec leurs évêques pour vivre et faire vivre cette miséricorde si nécessaire en ce temps de haines, de violences, de conflits, d’injustices et d’égoïsmes. Il propose qu’en tout lieu, on accueille sur soi-même cette miséricorde pour qu’elle nous renouvelle et nous transforme. Ainsi, toutes les communautés et chaque chrétien en deviendront témoins et acteurs. Pas seulement comme un slogan comme en répandent des propagandistes ; mais comme un feu, parce qu’elle nous habitera intérieurement.

Ermont.JPG

Ce temps que le Pape invite tous les catholiques du monde à vivre, il l’appelle « 24 HEURES POUR LE SEIGNEUR ». Et chez nous, avec les paroisses qui nous entourent (Eaubonne, Ermont, Sannois, Franconville, Saint Prix et Montlignon) avec lesquelles nous formons le « doyenné » d’Ermont, cet appel du St Père va être relayé. Malheureusement, ce sera en décalé temporel par rapport aux autres catholiques du monde, car la date prévue par le pape (5 mars) tombe, chez nous, pendant les vacances scolaires ce qui ne faciliterait guère la participation. Ce sont les vendredi 11 et samedi 12 mars qu’auront lieu chez nous ces 24 HEURES POUR DIEU. Pas 24 heures d’affilée, rassurez-vous ! Mais 24 heures au cours desquelles deux temps différents seront proposés pour que chacun puisse choisir plus facilement en fonction de ses possibilités et de ses attentes :

vendredi 11 mars de 19 h à 21 h 30 en l’église Notre-Dame d’Eaubonne (grande église bien chauffée qui se trouve à un grand carrefour de routes, où le stationnement est aisé). Cette soirée prendra davantage la forme d’une veillée dont l’animation est en cours de réalisation.

Samedi 12 mars à partir de 15 heures et tout au long de l’après-midi à l’heure qui convient à chacun, en l’église Saint-Flaive à Ermont (stationnement aisé l’après-midi, une fois que le marché du matin est rangé).

Comme ce sera bon pour nous de venir nous laisser soigner par le Christ, ce bon Samaritain qui prend soin de l’homme blessé ! Cet homme blessé, c’est chacun de nous. C’est aussi tous ceux que nous côtoyons chaque jour à la rencontre desquels, par chacun de nous interposé, le Christ veut venir. Pour ne pas faire double emploi avec ces 24 HEURES POUR LE SEIGNEUR, il n’y aura pas de célébration pénitentielle paroissiale pendant ce Carême (des moments de confessions individuelles seront cependant proposés avant Pâques dans la paroisse). Il nous faudra aussi prévoir un système de co-voiturage pour faciliter la participation du plus grand nombre et permettre à tous le libre accès à ce temps fort de l’Eglise universelle en ce temps de grâce du Jubilé. Notons dès à présent ces dates que le LIEN nous rappellera.

Père Jean-Pierre