Comment la Bible est-elle née ? Elle est formée de plusieurs livres. C’est plus une « bibliothèque » qu’un ouvrage unique. Comme toutes les bibliothèques, elle comporte des livres aux genres très différents : livres d’histoire, poèmes, textes juridiques … et même des fictions. Tout cela est à accueillir selon le genre littéraire propre à chaque texte si l’on veut percevoir la foi qui y est exprimée et qui doit devenir notre propre chemin de foi. Le genre « récits » y trouve une place importante. N’y cherchons pourtant pas des reportages tels que des journalistes auraient pu les saisir sur le vif, comme aimeraient le faire croire les films bibliques à grand spectacle : mettre le spectateur au coeur de l’action. Il s’agit plutôt de retours sur le vécu et les évènements passés, des « relectures » comme on dit, faits avec la mémoire et la foi pour y découvrir (ce qu’on n’avait sans doute pas perçu dans le feu de l’action, au présent) que Dieu était là et qu’Il agissait. Faire mémoire du passé pour y découvrir la présence et l’action de Dieu, pour y reconnaître sa fidélité, pour Lui rendre grâce, pour Le laisser nous relancer vers l’avenir, plus sûrs de son Alliance.
Cette démarche est celle de tous les croyants de la Bible, Premier et Nouveau Testaments ensemble. C’est aussi le fil conducteur de nos messes du dimanche : Nous proclamons ta mort (passé), nous célébrons ta Résurrection (présent), nous attendons ta venue dans la gloire (avenir). Avec ce regard, toute la vie des hommes dans son ensemble et chacune de nos vies personnelles snt appelées à être regardées comme une, comme des histoires saintes.

Père Jean-Pierre