Chers paroissiens du Plessis

Le message de Pâques que nous envoie notre évêque est arrivé trop tard pour être transmis dans notre LIEN du jour de Pâques. Mais dans la liturgie latine, Pâques est une si grande fête qu'elle dure 8 jours, jusqu'au soir du dimanche suivant. On appelle cela l'Octave de Pâques. Il n'est donc pas trop tard de vous la communiquer aujourd'hui, au moment où nous allons nous mettre en route pour notre pèlerinage du Jubilé à Argenteuil.

Père Jean-Pierre.

Dans la nuit de Pâques, cent trente-six adultes vont être baptisés dans le Val-d’Oise. C’est pour l’Eglise une grande joie d’accueillir aujourd’hui ces nouveaux chrétiens. Ils ont tous un parcours de vie particulier, ils sont de tous âges, ils viennent de villes et villages différents et certains recevront le sacrement alors qu’ils sont détenus en prison. Tous témoignent d’un changement profond dans leur vie grâce à leur rencontre avec Dieu. Parce qu’ils ont fait l’expérience d’être aimés, pardonnés et libérés, une grande espérance les habite. Comme les femmes, au matin de Pâques, à qui il a été annoncé que le Christ était ressuscité, ces nouveaux chrétiens découvrent qu’aujourd’hui le Christ est toujours vivant. C’est là tout le sens de la foi chrétienne.
En tant qu’évêque, je suis témoin de ces conversions. Elles me confirment que la Parole de Dieu est féconde et qu’aujourd’hui encore la rencontre avec le Christ a un impact étonnant. En affirmant cela, j’ai conscience que nous vivons dans un monde rude et difficile. Notre système économique est fragile ; des pays où la guerre sévit depuis plusieurs années sont en plein chaos ; des migrants, obligés de fuir, désespèrent de trouver des terres d’asile ; en France, le chômage touche de nombreuses familles et la vie quotidienne est un défi de chaque instant.
De surcroit, les nouveaux attentats, d’une violence aveugle et barbare, perpétrés à Bruxelles peuvent nous faire douter de l’humanité. C’est vrai, nous pouvons avoir, les uns et les autres, des occasions de nous décourager ou de nous poser des questions. Mais, ce qui est certain, c’est que le Christ nous fait vivre les choses autrement parce qu’il est passé de la mort à la Vie. Il donne du sens à notre vie comme à notre mort. Il nous invite à sortir de nos peurs et à trouver des chemins de vie et d’espérance. En cette grande fête de Pâques, je souhaite, à tous et toutes, la joie et l’espérance que donne la rencontre avec le Christ. Avec lui, ayez confiance dans la vie et dans l’avenir. Joyeuses Pâques à chacun et chacune de vous !

+ Stanislas LALANNE Evêque de Pontoise pour le Val-d’Oise