A l’occasion de Pâques, « La Croix » a publié fin avril un sondage réalisé avec le SNEJV (Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations). 3000 jeunes catholiques de 16 à 30 ans ont répondu. Le portrait d’une génération « néo-catho » attachante.

Pour 15% des jeunes interrogés, un catholique, c’est d’abord quelqu’un « qui prie, qui pense à Dieu » et qui « a été baptisé ». La messe est « essentielle » pour 59% des jeunes et « très importante » pour 18%. Logiquement, 81% estiment que, pour se rendre proche de Dieu, la messe s’impose. 72% affirment assister chaque semaine à la messe. La prière (pour 69%), le chant et la musique (pour 59%) comptent aussi pour ces jeunes et leur foi. 63% disent s’adonner quotidiennement à l’oraison, 24% à la lecture de la Bible.

Les jeunes attendent d’abord de l’Eglise qu’elle promeuve la place de la spiritualité dans la société (pour 47%) et défende davantage la vie (44%). Pour 70% des jeunes, l’engagement dans la société est très important (36%), voire essentiel (34%). 55% affirment être engagés dans une action de solidarité : secteur associatif (66%), soutien financier (44%), services ponctuels (27%), syndicat ou parti (8%). · 91% estiment capital de témoigner de leur foi, par des discussions (92%), des actions concrètes (59%). Ouverts à la pluralité, 80% se disent intéressés par le dialogue avec les religions, en particulier l’islam (pour 86%) et le judaïsme (84%).

Les aumôneries continuent de jouer un rôle essentiel pour 42% des jeunes, devant les groupes de prières (34%). (..) Mais 69% affirment avoir pourtant déjà participé à un événement diocésain. La famille demeure le lieu de la transmission de la foi (par les parents pour 88% des jeunes, ou les grands-parents pour 40%). · Pour les jeunes, la foi passe aussi par des figures d’autorité : prêtre (62%), pape (53%) ou religieux (34%), devant les animateurs (10%). Leurs modèles ? Mère Teresa (34%), Sœur Emmanuelle (30%) et Jean-Paul II (23%).

adveniat_2.jpg