Les difficultés et les épreuves qui nous attendent avec le déconfinement risquent de bouleverser la vie des peuples et notre vie quotidienne. Ce devrait-être une rude épreuve pour un très grand nombre ! Certains font déjà des liens entre ce que nous allons vivre et les épreuves, les fléaux que nous décrit le livre de l’Apocalypse. Pour ma part, je me souviens de cette réflexion d’un père de famille – j’étais en formation pour devenir prêtre – me disant que la plus grande calamité qui s’est abattue sur la terre, ce fut la Passion et la Mort du Christ sur la croix… D’ailleurs en St Matthieu, il nous est dit que « le ciel s’obscurcit… que le voile du temple se déchira et qu’il y eut un tremblement de terre et la résurrection de certains morts » (Mt 27, 45-52).

NOUS POUVONS DIRE AVEC FORCE QUE LA PASSION ET LA MORT DU CHRIST, AINSI QUE TOUTES LES ÉPREUVES ET FLÉAUX QUI VIENNENT SUR LE MONDE NE SONT PAS L’OEUVRE DE DIEU. MAIS DIEU VIENT EN JÉSUS-CHRIST, LES AFFRONTER AVEC NOUS ET EN ÊTRE VAINQUEUR POUR NOUS ! DIEU N’EST JAMAIS À L’ORIGINE DU MAL ET DE LA MORT !

Ce sont les conséquences de nos choix mauvais et de notre endurcissement dans le refus de croire en Dieu, en sa bonté… C’est cela que nous montre le livre de l’Apocalypse (16, 10-11). D’ailleurs l’Apocalypse nous décrit deux attitudes devant ces épreuves, deux façons de réagir : soit « la persévérance et la foi », la confiance en Dieu ; soit l’endurcissement dans le Mal et le blasphème, la persécution des croyants. De la même façon les deux larrons crucifiés avec Jésus ont fait un choix différent : l’un s’est moqué et a maudit le Christ, l’autre a fait la vérité sur sa vie et s’est tourné avec confiance et espérance vers le Christ : « Souviens-toi de moi quand tu seras dans ton Royaume ». C’est à cette confiance, CETTE REMISE DE SOI ENTRE LES MAINS DE DIEU, que nous sommes appelés d’une façon renouvelée et profonde. « Aujourd’hui, avec moi, tu seras en Paradis » répondit Jésus au deuxième larron. Le temps de la fin du monde, du jugement n’est pas encore arrivé ! Mais les épreuves qui vont continuer à bouleverser l’organisation du monde et de notre vie en société vont être rudes. Le pape François dit que c’est « le temps du discernement pour les hommes » : reconnaître leurs erreurs et reprendre un chemin mieux ajusté à la réalité… C’est le moment de puiser dans la vie fraternelle des communautés chrétiennes et des groupes de prières, la force de l’Espérance. C’est le moment de recevoir de Dieu la vitalité du Christ ressuscité à travers les sept sacrements de la foi. C’est le moment d’une foi plus grande et d’un abandon confiant et aimant entre les mains de Dieu – dans l’Esprit de Jésus-Christ – Il est notre Père !

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare