« On parle beaucoup d’être des témoins, aujourd’hui, et avec juste raison. Mais on oublie parfois qu’il ne s’agit pas seulement d’être, silencieusement des gens « bien », témoignage de vie « morale » … alors que Jésus, lui, nous parle d’une confession de foi faite dans un procès : « On portera la main sur vous, on vous persécutera … ce sera pour vous l’occasion de rendre témoignage ». C’est le témoignage du martyre. Et c’est un témoignage en paroles : « Je vous inspirerai un langage, pour votre défense ».

Aujourd’hui, en France, le procès qu’on fait à Jésus et à l’Eglise ne prend pas l’aspect d’un tribunal, ou d’une persécution violente … Mais d’une cour de lycée, ou d’un atelier, d’un bureau, où l’on se moque des prises de position de l’Eglise, la plupart du temps. Annoncer la couleur, dire qu’on est chrétien, demande du courage. La question qui nous est posée pourrait se résumer ainsi : les chrétiens parlent-ils, agissent-ils, comme des non-chrétiens ? Sont-ils devenus insignifiants par peur de choquer ou par respect humain ?

« Seigneur, redonne-nous d’être des responsables de la foi, des témoins actifs ».

Signé : N. Quesson