Au détour de sa lettre aux chrétiens de Philippes, l’apôtre St Paul laisse jaillir de son coeur l’ardent désir qui l’anime, son amour du Christ : « Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts. » (Ph 3, 10-11)

En chacun de nous, d’une façon unique , réside le désir de connaître le Christ. Connaître au sens biblique veut dire partager l’intimité, avoir fait l’expérience de la présence mystérieuse du Christ dans nos vies. Cette expérience dépasse nos capacités, elle est un don de Dieu, une grâce de l’Esprit Saint. Nous pouvons nous préparer à la recevoir, en manifestant notre désir par des attitudes, des actes concrets.
Essayons d’en nommer quelques-uns :

1. Prendre le temps de se faire proche du Christ et nous le représenter à un moment de sa passion. Prendre le temps de le regarder, d’entendre ce qui se dit, d’entendre les coups… prendre le temps pour percevoir l’ambiance de violence et de haine… prendre le temps peut-être pour se mettre dans la peau d’une des personnes de la foule et ressentir ce qui se passe en elle… Pour nous aider dans cette démarche, je vous invite à lire, durant toute la Semaine Sainte, le récit de la Passion de Jésus dans l’évangile selon St Matthieu (les chapitres 26 et 27). Puis en s’adressant au Christ directement, lui parler comme un ami parle à son ami, avec des mots simples, profonds… et si la grâce vous est donnée, restez en silence autant que possible.

2. Une autre façon de se disposer à mieux connaître le Christ consiste à offrir ce que nous faisons en union avec l’offrande du Christ en sa passion ; particulièrement ce qui nous coûte, nous pèse, est source de souffrance…

3. Enfin, une autre façon de se disposer à cette grâce, c’est de soulager au nom du Christ ceux qui ont besoin de notre aide, en le faisant, c’est au Christ Lui-même que nous le faisons selon son enseignement . Je prie pour que chacun et chacune de vous puissiez « connaître le Christ » à travers son mystère pascal. Ainsi nous grandirons ensemble vers l’unité, vers la stature de l’homme parfait qui est dans le Christ et nous entrerons dans la plénitude de l’Amour de Dieu.

Voilà une belle perspective au seuil de la Semaine Sainte !

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare