La communauté catholique du Plessis-Bouchard est heureuse de vous accueillir sur son site.

Vous y trouverez des renseignements sur la vie paroissiale, les messes et prières, les sacrements, les mouvements…

Mais ce site se veut surtout un espace de dialogue. N’hésitez pas à entrer en contact avec nous.

UN WEEK END DE LA MISERICORDE DIVINE LES 27 et 28 AVRIL

Comme le 14 décembre dernier, mais à l’échelle d’un week-end, notre Paroisse va accueillir, sept jours après Pâques, l’Association pour la Miséricorde divine. Elle sera, de nouveau, porteuse des reliques de sainte Faustine, de saint Jean-Paul II et du bienheureux père Sopocko, confesseur de soeur Faustine. Le programme sera riche pour les paroissiens et tous les autres visiteurs.

reliques pour la Miséricorde 14 12 18.jpg

Samedi 27 avril :
 20h00 veillée miséricorde dans l’église St François-de-Sales (possibilité de vivre le sacrement de la réconciliation).

Dimanche 28 avril :
 10h00 prière des laudes,
 10h30 messe solennelle suivie de la vénération des reliques,
 12h30 repas tiré du sac,
 14h00 adoration du Saint Sacrement et sacrement de la réconciliation,
 15h00 heure de la miséricorde divine et prières du chapelet de la miséricorde et du chemin de croix,
 16h00 bénédiction et envoi.
Animation assurée par le groupe de musique Exulteo

DU CHEMIN DE CROIX A LA JOIE DE PAQUES

Du chemin de croix du Vendredi Saint du 19 avril en ville

chemin de croix en ville 2019.jpg


A la joie du dimanche de Pâques avec le groupe Akofala et un tombeau fleuri et ouvert

Paques 2019 avec Akofala.jpg

paques_tombeau_ouvert.JPG

NUIT DE FEU A NOTRE-DAME

C’est à un prêtre du diocèse de Paris et professeur aux Bernardins que nous devons ce magnifique texte qui exprime si fort les sentiments mêlés d’horreur et d’espérance que les chrétiens ont éprouvé dans la nuit du 15 au 16 avril. Cette nuit n’était pas faite pour dormir. À la vue de Notre-Dame en flammes, l’émotion était trop forte, la tristesse trop intense, la prière trop nécessaire. Et dire que j’étais encore la veille prêchant sous ces voûtes millénaires où je fus ordonné il y a bientôt trente ans ! Je ne puis vous exprimer la peine qui me gagne à la pensée de cet écrin de tant de nos souvenirs heureux disparu en fumée…
Vous avouerais-je pourtant qu’à la consternation a très vite fait place en moi une sorte de reconnaissance subjuguée ? Des propos que j’avais toujours désirés entendre ont semblé jaillir comme par miracle de ce funeste évènement. Au cours de ces heures angoissées, il m’a semblé, en effet, sentir le vieux coq Gaulois se réveiller de sa torpeur. Que de magnifiques paroles unanimes les médias n’ont-ils pas relayées de manière persistante et ininterrompue ! De la part de touristes, de badauds, de journalistes, d’hommes politiques, d’ecclésiastiques, d’esthètes, de pompiers,… Des gens de tous âges, de toutes conditions, de toutes origines et de toutes croyances… Une mystérieuse communion semblait régner enfin sur ce peuple de France dont les mois écoulés avaient si tristement montré au monde le morcellement et les fractures. Cette unité qu’un message présidentiel, prévu le même soir, n’aurait probablement pas réussi à renouer, Notre-Dame, la Vierge Sainte, l’accomplissait sous nos yeux éberlués. Et si c’était encore une fois l’intervention surnaturelle de la Mère de Dieu qui redonnait à notre cher et vieux pays l’élan de l’espérance ? Bien sûr restent l’infinie douleur de voir ces ruines désolées, l’irréparable perte de tant d’oeuvres d’art et l’abattement devant la tâche colossale de la reconstruction. Pourtant en cette Semaine Sainte qui débouche sur la victoire de Pâques, les chrétiens aiment à se redire que de tout mal, Dieu peut faire sortir un bien. De quel relèvement ce désastre est-il la promesse et l’amorce ? Ces pierres dont le Seigneur nous disaient hier encore qu’elles crieraient, ne les entendons-nous pas, encore fumantes, appeler au sursaut et à la foi ?
Père Guillaume de Menthière

notre dame avant après.jpg

A PROPOS DE LA COLLECTE DES DONS POUR NOTRE-DAME

Depuis l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le lundi 15 avril, beaucoup de particuliers ou entreprises ont manifesté leur souhait de participer financièrement à sa reconstruction. Il faut, pour cela être très prudent dans le choix de l’association ou la fondation à qui vous allez remettre votre participation. En effet, un grand élan de solidarité s’est mis en place et nous voyons surgir beaucoup de collectes privées françaises ou étrangères (plateformes, cagnottes, quêtes, etc.). C’est pourquoi, l’évêque de Pontoise, Monseigneur Stanislas Lalanne, privilégie et vous conseille fortement d’apporter votre concours au Fonds Notre-Dame de Paris abrité par la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris, sous l’égide de la Fondation Notre-Dame, reconnue d’utilité publique. Vous serez ainsi assuré, d’une part, que votre don ira bien à la reconstruction de la cathédrale de Paris en pleine coordination avec les pouvoirs publics. Et, d’autre part, que vous aurez la possibilité de recevoir un reçu fiscal.

Pour faire un don : https://don.fondationnotredame.fr/fapp-notre-dame
Site Internet : www.fondationavenirpatrimoineparis.fr

EN AVRIL, CATE ET AUMONERIE, C'EST TOP !


JOUR DE LIESSE ET MERCI AU ROI DES ROIS

Ce dimanche des Rameaux 2019, les animatrices de l’Eveil à la foi ont essayé de faire revivre concrètement aux 4-6 ans de leurs groupes, cette fête dite des « Rameaux » vécue par Jésus, à quelques jours de son arrestation. Pourquoi Rameaux ? C’est ce qu’avaient imaginé les disciples de Jésus et la foule pour l’acclamer en brandissant ces feuillages et en louant Dieu : « Béni soit celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur ! » Ils voulaient manifester ainsi leur reconnaissance, leur joie et leur enthousiasme pour ses multiples guérisons sur de nombreux hommes, femmes et enfants, mais sûrement aussi pour ses paroles de vie. De quels rameaux s’agissait-il ? Palmiers, oliviers ? Peu importe.
Au Plessis-Bouchard, nous n’avons que des rameaux de buis mais ils participent tout autant de l’acclamation de Jésus lorsque, rassemblés sur le parvis de l’église, avant la célébration de la messe dite des Rameaux, les participants élèvent leurs branches de buis à bout de bras vers le Père Guillaume pour qu’il les bénisse.
rameaux enfants.jpg
Ce dimanche, le récit du texte de Luc (19,28-40) lu aux enfants, les animatrices choisissent de leur parler de la joie, leur faisant entrevoir l’atmosphère de liesse qui régnait autour de Jésus, ce jour dit « des Rameaux ». Où, non loin du Mont des Oliviers, branchages et vêtements jetés sur le sol, accueillaient le passage du roi des rois, Jésus, monté sur … un âne ! Et pour qu’à trois millénaires de distance, les enfants participent de la fête, les animatrices leur proposent de se bricoler chacun un petit rameau avec une pique à barbecue et des feuilles de papier cartonné coloriées par eux. Joie ! Le mot se retrouve souvent dans les Evangiles. À commencer lors de l’apparition de l’ange aux bergers : « Je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie (…) Aujourd’hui un Sauveur vous est né » (Luc 2, 10-11). Un sauveur qui, si les enfants savent l’accueillir dans leur coeur, deviendra leur compagnon, leur ami à vie.

AU MENU, A NOTRE AUMONERIE

Depuis septembre dernier, Tiago et Carla, s’occupent à Saint-François-de-Sales, des 4ème /3ème de l’Aumônerie. Tiago a accepté sans difficulté de nous présenter ce groupe.
« Nous sommes 14 jeunes (9 filles et 5 garçons), tous originaires du Plessis-Bouchard ou du quartier situé entre le Plessis-Bouchard et la gare de Franconville, qui nous retrouvons un vendredi sur deux, une fois entre nous et une fois réunis au groupe du lycée. Lorsque nous sommes avec les lycéens, un repas autour de pizzas nous réunit afin de prendre des nouvelles des uns et des autres. Ensuite vient un temps de partage autour d’une thématique, généralement suivant l’actualité évangélique. Puis nous rejoignons nos idées et nous en parlons à l’église avec le Père Guillaume, qui est présent pour répondre aux questions sans réponse. Nous clôturons par un temps de prière et des chants. Tout cela entre 19h et 21h30.
FRAT 2018 louange.jpg
Et lorsque nous sommes en petit groupe, un repas nous permet d’échanger sur notre quotidien pour au final nous recentrer sur une thématique évangélique. Récemment, nous avons abordé le sacrement de réconciliation, le pardon, la prière, la messe, etc. Le but étant d’offrir aux jeunes un enseignement liant l’Eglise à leur quotidien. L’objectif est de rendre l’aumônerie attractive aux jeunes et non de les faire fuir. De fait, nous remarquons une présence beaucoup plus soutenue aux séances. En outre, nous les faisons grandir dans l’Eglise en leur donnant de plus en plus de tâches : lectures, prières universelles, quête, accueil des paroissiens …
Cette année 2019 est spécifique pour eux car ils vont participer au FRAT de JAMBVILLE, événement exceptionnel réservé aux collégiens d’Ile-de-France. Depuis mars, nous nous retrouvons fréquemment afin d’organiser au mieux cet événement mais aussi trouver les moyens de le financer. Nous avions déjà effectué une première opération qui consistait à ramasser des arbres qui, en face du presbytère, avaient été coupés. J’en profite pour dire qu’afin de nous aider au financement de notre FRAT nous offrons tout type de services à la personne : services physiques, tâches ménagères, etc. Et notez que nous organiserons le samedi 27 avril, de 10h à 18h un lavage de voitures. Nous comptons donc sur votre générosité pour nous apporter vos voitures et récompenser nos jeunes super motivés pour financer leur projet. Ce lavage se situant en pleine période de vacances, nous en organiserons un autre en mai.

Tiago Freitas

DENIER DE L'EGLISE 2019 : APPEL AUX PAROISSIENS

Chers Amis,
Le temps de la collecte du denier 2019 commence. Vous le savez, ce sont vos contributions qui rémunèrent les prêtres, les laïcs en mission et qui soutiennent le développement des communautés chrétiennes dans les paroisses de notre diocèse.
Depuis 1905, date de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’Eglise fait appel à la générosité des laïcs pour subvenir aux traitements de ceux qui les servent. Qui que vous soyez, le denier vous concerne. N’hésitez pas à vous procurer une enveloppe contenant un bon de soutien. Je me tiens à votre disposition à la sortie de la messe. Pour toutes vos questions, vous pouvez également me contacter. Merci pour votre contribution.
denier merci.jpg
Lydia Donnat
CONSEIL ECONOMIQUE
(mail : lydia.donnat@wanadoo.fr)

SAINT FRANCOIS DE SALES AVEC NOUS

Oui, depuis un an, notre Curé Guillaume a décidé de redonner du lustre à notre fête patronale en faisant connaître et partager l’héritage spirituel de saint François de Sales, et pourquoi pas autour d’une raclette typiquement savoyarde.

L’an dernier, les familles étaient invitées à participer à un rallye quizz sur la vie de notre saint patron, et plusieurs ont joyeusement joué lors d’un après-midi pluvieux. Cette année, le samedi 19 janvier au soir, les tables étaient dressées pour accueillir une trentaine de paroissiens, et surtout des enfants et leurs parents. Après un copieux apéritif, cinq appareils ont été branchés et une soirée raclette a commencé avec des monceaux de fromage, de charcuterie et de pommes de terre, et un peu de vin aussi. Un parfum de Savoie, conforté par la projection d’un document fiction consacré aux années de mission de saint François dans le Chablais protestant. Nous avons partagé aussi une de ses prières à la Vierge Marie et des cantiques, avant de se séparer vers minuit tout de même.
fete de st françois 2019 procession.jpg
fete de st françois 2018.jpg
Le lendemain, la messe de la fête patronale se voulait festive. Elle l’a été sous divers aspects. La riche décoration florale a permis de mettre en valeur la statue de saint François de Sales, acquise par la paroisse fin 2017. L’orchestre paroissial était réuni à cette occasion et comme d’habitude a soutenu avec talent la ferveur des nombreux fidèles. La relique du saint était exposée : elle a été obtenue grâce aux soeurs de la Visitation d’Annecy pour notre paroisse et beaucoup ont pu la vénérer. La procession des offrandes a permis de rappeler, par des symboles comme un saxophone ou une boîte à outils, la multiplicité des engagements et des réussites de la communauté guidée par le père Guillaume, l’Equipe d’Animation Pastorale et le Conseil économique.

Après la messe, le verre de l’amitié était organisé dans la salle du Bon Pasteur. Encore une manière de favoriser les rencontres et les prises de contact entre ceux qui se connaissent bien et ceux qui gagnent à être connus. En quelque sorte, comme disait saint François de Sales, il faut apprendre à « s’entreporter » les uns les autres.

Michel Rocher

RAPPELEZ-VOUS 2018 !

À l’heure du bilan d’une année, prenons le temps de nous souvenir des grands moments vécus par l’Eglise universelle et plus modestement notre paroisse.
year 2018 colorful rounded 3d numbers isolated on white

POUR L'EGLISE

- 23 mars : émotion et débats suscités par l’assassinat du colonel Arnaud Beltrame, chrétien affirmé, qui s’est volontairement substitué à une otage dans un supermarché de Trèbes.
- 9 avril : publication de la troisième lettre apostolique du pape François : « Gaudate et Exultate » (Réjouissez-vous et soyez heureux), qui est un appel à la sainteté dans le monde actuel.
- 5 juin : fin des Etats généraux de la Bioéthique en France, auxquels les chrétiens ont apporté leur contribution, et publication du rapport du Conseil National d’Ethique.
- 26 juin : visite officielle du président Macron au Vatican, où il rencontre le pape, après avoir rencontré l’épiscopat en avril au Collège des Bernardins.
- 7 juillet : rencontre oecuménique entre le pape et les patriarches des Églises orientales à Bari.
- 20 août : publication de la « lettre au peuple de Dieu » où le pape exprime sa solidarité avec les victimes des abus sexuels, dénonce le cléricalisme et appelle à dénoncer les abus.
- 3 octobre : ouverture du Synode des Jeunes, où les évêques ont reconnu l’importance pour l’Eglise de se faire évangéliser par les jeunes.
- 31 octobre : acquittement de la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort au Pakistan pour blasphème vis-à-vis de musulmans, après une détention de 9 ans.
- 5 décembre : publication de la lettre « L’urgence de la fraternité » par Mgr Aupetit, archevêque de Paris, en pleine crise des Gilets Jaunes.
- 8 décembre : béatification à Oran de 19 martyrs d’Algérie, dont les moines trappistes de Tibhirine et de Mgr Claverie, évêque d’Oran.

POUR LA PAROISSE

- 21 janvier : renouveau de la fête patronale autour de notre saint patron saint François de Sales.
- 15 mars : partage interreligieux avec des femmes musulmanes, et renouvelé le 16 juin.
- 17 mars : visite et conférence de soeur Anne-Marie Baud, autour de saint François de Sales.
- 1er avril : dimanche de Pâques, avec profession de foi de 19 jeunes.
- 7 avril : veillée festive autour des reliques de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.
- 20 mai : participation à la Grande Assemblée du diocèse à Pontoise, avec confirmation de 1092 chrétiens dont 16 de notre paroisse.
- 10 juin : renouveau de la kermesse paroissiale, avec un succès amplifié.
- Août : réfection de la sacristie, du couloir et du secrétariat.
- 23 septembre : rentrée paroissiale avec messe des familles, cartables bénis et pique-nique.
- 20 octobre : pèlerinage de 35 paroissiens à Alençon sur les traces de sainte Thérèse et de ses saints parents, Zélie et Louis Martin.
- 18 novembre : messe célébrée par Mgr Lalanne, point fort de sa visite pastorale sur notre paroisse, et rencontres avec l’EAP le 24 novembre et avec les catéchistes le 5 décembre.
- 14 décembre : veillée de la Miséricorde Divine autour des reliques de saint Jean-Paul II, de sainte Faustine et de son confesseur.

35 PAROISSIENS PRIENT EN FAMILLES A ALENCON

Le samedi 20 octobre, au petit matin, ils attendaient devant l'église le car qui allait les conduire à Alençon. Il y avait des vraies familles avec enfants et la grande famille de la Paroisse, tous âges confondus. C'est sur les pas de la famille Martin qu'ils allaient marcher.
Alencon 20 10 18 groupe 2.jpg

La famille Martin, ce sont les parents Zélie et Louis qui ont été canonisés ensemble en 2015, parce qu'ils ont fait de leur vie ordinaire quelque chose d'extraordinaire : le premier couple sanctifié. Ils ont eu 9 enfants, dont 4 morts en bas âge et parmi eux, celle qui deviendra Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. C'est bien à Alençon que cette histoire édifiante de la sainteté au quotidien se découvre le mieux.

Après un démarrage lent, les inscriptions pour notre pèlerinage se sont accélérées dans les deux dernières semaines, et le car prévu d'abord pour 30 passagers a été allongé. Le beau temps a été de la partie, un chapelet a été égrainé avec ferveur et nous sommes arrivés peu après 10h00 à Alençon. L’accueil par les Sœurs du Sanctuaire a été chaleureux. Après la découverte d’objets personnels de la famille Martin, un film de 20 mn a permis d’illustrer la correspondance de Zélie. En deux groupes, la visite guidée de la maison de Sainte Thérèse était émouvante, ainsi que la découverte de la chapelle, construite en intégrant la chambre natale.
C’est dans cette chapelle que le père Guillaume a célébré la messe en prêchant autour du désir de sainteté à la portée de toutes les familles. Puis selon les goûts, les pèlerins se sont répartis entre la salle réservée et le jardin pour apprécier leur pique-nique. Merci à nos hôtes de nous avoir offert cidre et café, notamment pour fêter les 85 ans de Rosa qui était avec nous.

Alencon 20 10 18 marche.jpg

Grâce à un excellent guide, nous avons ensuite parcouru les rues très animées du centre-ville sur les traces de la famille Martin. Un long moment a été consacré à la superbe basilique, où Zélie et Louis se sont mariés et où la petite Thérèse a été baptisée. D’autres lieux ont retenu notre attention : l’école des dentellières de Zélie, l’horlogerie de Louis, et le pont de la rencontre des futurs époux.
Après une photo de groupe en souvenir, les pèlerins sont remontés dans le car du retour vers 16h45. Mais du fait de bouchons aux abords de Paris, ils sont revenus au Plessis à 20h40. Chacun aura pu vivre cette journée en communion avec les familles et les paroissiens qui n’ont pas pu venir, mais qui ne manqueront pas de souvenirs, car la boutique du Sanctuaire a été bien fréquentée. Et l’intercession des saints Zélie et Louis va porter de beaux fruits.

Ce week-end à Alençon : un temps fort Nous sommes en union de prière avec les participants au Jubilé des Familles : « Avec les saints Louis et Zélie Martin, cheminer en famille vers la sainteté »
Michel Rocher

50 ANS ... ET UN JOUR DE LIESSE

En ce dimanche 3 décembre, l'église Saint-François était parée, fleurie, agrémentée d'une expo historique, enchantée par l'orchestre des grandes occasions et pleine à craquer pour fêter son demi-siècle.

l_assemblee_avec_Foi_et_Lumiere_au_premier_plan.JPG Mgr_Lalanne__pere_Guillaume_et_SFS.jpg

Notre évêque de Pontoise, Mgr Lalanne, réalisait sa première visite dans la Paroisse du Plessis- Bouchard, hormis les cérémonies de confirmation. Ces deux évènements ont coïncidé aussi avec le premier dimanche de l'Avent et la découverte de la nouvelle formulation du Notre Père.
Au début de la messe, le père Guillaume a brossé un portrait contrasté de la paroisse, comme un corps vivant, structuré et menacé par le vieillissement. Mais les temps forts du Jubilé des 50 ans de l'église et de la procession en ville de Notre- Dame de Fatima ont porté notre communauté et ont amplifié le nouveau souffle et le rajeunissement en oeuvre depuis quelques années, avec notamment les Puits de la Parole appelés à se multiplier.

eucharistie_avec_mgr_lalanne.jpg
Cedric_avec_l_orchestre.JPG

Dans ses propos sur la Paroisse, Mgr Lalanne a remarqué « la richesse inouïe » de notre petite paroisse et, en guise de témoignage, la procession des offrandes.a permis de déposer les outils de travail de nombreux mouvements et services pleinement actifs. Autre temps fort de la messe : la bénédiction d'une statue de saint François de Sales, récemment terminée par un sculpteur de l'abbaye de Flavigny : le père Jean-Bosco Marie. Elle sera un témoignage durable de la redécouverte de notre saint patron en cette année jubilaire, avec des conférences, un pèlerinage sur ses traces en Haute-Savoie et bientôt, un rallye pour les familles. C'est avec un apéritif et un repas réunissant une vingtaine de paroissiens que s'est prolongée la visite de Mgr Lalanne. En parlant de l'avenir, s'est profilé un nouveau défi pour notre génération, 50 ans après les bâtisseurs : celui de vivre des expériences d'évangélisation. Comme l'a dit le père Guillaume, « elles nous aideront à accueillir la grâce de l'Esprit de Pentecôte pour vivre une véritable conversion missionnaire ».

Michel Rocher

FACEBOOK, BIENVENUE CHEZ NOUS !

On peut l’appeler comme on veut, mais cette application est entrée dans la vie courante de millions d’internautes, et surtout parmi les plus jeunes. La paroisse se doit de savoir aussi s’adresser à eux par leur langage et leurs habitudes de communication. C’est pourquoi le père Guillaume a confié à deux jeunes de l’équipe COM COM l’ouverture d’une page Facebook de la Paroisse : Elodie, récemment baptisée, et Marine. La page sera actualisée souvent avec beaucoup de photos, de textes et de dates. Et les commentaires des paroissiens seront les bienvenus.
Après une période de rodage, la page Facebook est maintenant active. Vous la trouverez à l’adresse suivante :

https://www.facebook.com/paroissecatholiqueplessisbouchard/

Facebook_page_Paroisse.pdf

Foi et Lumière : un supplément d'âme pour notre communauté

Bienvenue à nos amis de "Foi et Lumière" qui, à leur tour, font leur rentrée parmi nous, poursuivant ce long compagnonnage évoqué lors du rassemblement de notre doyenné le 8 décembre dernier. Le voici, in extenso :

En cette année du Jubilé diocésain, et plus encore que les autres années, nous avons multiplié les occasions de partage de nos activités avec nos amis handicapés de Foi et Lumière et leurs accompagnateurs. Et c'est une bénédiction pour la paroisse.
Une fois par mois, le groupe est invité à participer à nos célébrations. Ils délivrent une intention de prière, rédigée par eux. Cette année, leur venue a souvent coïncidé avec les messes des familles, où les enfants du catéchisme et leurs parents sont invités à titre personnel. Les aidants de Foi et Lumière pouvaient alors plus encore participer aux lectures et aux processions.
Un autre temps fort a été la galette paroissiale en janvier. En plus des échanges de voeux et des partages de galettes, nos amis de Foi et Lumière ont accepté de chanter et de réciter, en entraînant l'assistance avec eux. Ces exemples démontrent les bienfaits de la présence de Foi et Lumière dans notre communauté. Ce qui nous touche en particulier :
 c'est leur joie d'être avec nous et avec Dieu dans son église,
 c'est leur ferveur priante qui rend modeste les petits soucis des biens portants,
 c'est leur générosité qui se manifeste par leur plaisir d'échanger avec les paroissiens.

Foi et Lumière, en un mot, c'est un supplément d'âme pour notre communauté et nous rendons grâce à Dieu pour cela. Ajoutons qu'à la suite de ce complément, Nicole, depuis son fauteuil, a rendu grâce aussi pour l'accueil et la dignité donnés par notre communauté à la famille de Foi et Lumière.