Après les vacances, il y a toujours la reprise. Et la reprise pour notre communauté paroissiale reste marquée par la traditionnelle messe de rentrée. Occasion de rencontre, de communion, de partage, d’accueil et surtout d’invitation à participer à la construction de cette Eglise, Famille en Dieu. C’est aussi l’occasion de souhaiter la bienvenue à ceux et celles qui viennent d’arriver sur le territoire paroissial afin qu’ils retrouvent cette chaleur de vie communautaire : une communauté appelée à s’ouvrir à chaque instant.
C’est un moment important. Prendre le temps pour Dieu et aussi pour son prochain. Se rencontrer et faire connaissance, cela demande de l’attention. C’est ensemble que nous avons à répondre à l’appel du Christ, appel à faire connaître son évangile aux hommes et aux femmes de notre temps.

Que serait une communauté qui ne s’ouvre pas ? Que serait une communauté où ses membres vivent côte à côte, sans partage, sans échange, sans communication. Certes la tâche n’est pas toujours évidente, mais il faut oser. Oser aller vers les autres et oser s’ouvrir aux autres. Ne pas établir de barrières dans la relation à l’autre, d’où l’idée d’un verre de l’amitié après la messe et le partage du repas tiré du sac.
L’autre aspect de cette messe de rentrée : découvrir ou redécouvrir les services et mouvements qui font le dynamisme de la vie paroissiale. Et pourquoi ne pas s’y engager pour une Eglise au service de l’homme et de tout homme. La parabole de talents dans les évangiles peut nous aider sur ce chemin de l’engagement dans une Eglise au service de l’humanité. (Mt 25, 14-30)
L’Eglise du Christ, c’est chacun de nous. Sa vitalité sera aussi fonction de notre degré de participation à sa construction. Sa beauté et son rayonnement nécessitent notre réponse à l’invitation du Christ. Chacun de nous est une pierre vivante de cette Eglise.

Cette Eglise qui est aussi implantée en Afrique, va vivre son deuxième synode du 04 au 25 octobre. Un moment important pour toute l’Afrique qui a besoin de justice, de paix et de réconciliation : ce sont les conditions essentielles pour tout développement humain. Notre souhait : que ce temps de réflexion et de partage ouvre à ce continent martyrisé aujourd’hui, aussi bien par ses propres enfants, que par ceux qui l’exploitent, le chemin du bonheur, le vrai.

Fraternellement. Père Monné YAPO