Du moins, il y a longtemps déjà que cette tradition catholique a cessé dans notre commune : depuis 1962 à l'exception d'une petite procession en 2002. Cette fois, la marche entre l’église Saint-Nicolas et l’église Saint- François de Sales a consisté dans un grand circuit à travers Le Plessis. Plus de 200 paroissiens, dont le maire du Plessis, ont suivi la statue de Notre-Dame de Fatima, sous un ciel nuageux mais sans pluie.

procession_Fatima_depart_8_10.JPG
procession_Fatima_fin_8_10.JPG

Dès 9h15, la procession, animée par une petite fanfare et des « Ave Maria », a démarré du parvis de Saint-Nicolas derrière la statue de Notre-Dame juchée sur une pyramide de fleurs blanches. Des chapelets ont rythmé la marche jusqu’à la dalle du centre Saint- Nicolas et après une station pour évoquer les messages des apparitions de Fatima, direction le marché sur la chaussée Jules César. Croisant des automobilistes surpris et canalisés par la police municipale et après trois stations, le cortège est arrivé devant l’église Saint-François. Suite au récit de la dernière apparition, le père Guillaume a proclamé le renouvellement de la consécration de la paroisse au Coeur immaculé de la Vierge Marie.

La messe dominicale, superbement coordonnée, a permis d’honorer la Vierge en français et en portugais, avec une homélie du père Guillaume soulignant l’apport des communautés d’origine étrangère et le recul relatif des paroissiens de souche française. L’orchestre, les fleurs, la présence de Foi et Lumière et des familles ont permis de forger un grand souvenir du centenaire de Fatima pour plus de 350 fidèles. Et pour que la fête soit totale, nos amis portugais ont transformé le vin d’honneur sur le parvis en festin et le pique-nique tiré du sac à la salle en grand banquet, avec encore plus de 80 convives, des plus jeunes aux séniors. Belle réussite sur tous les plans, et comme la foule l’a entonné à la fin de la messe : « O Fatima, Adeus, Virgem Mae, Adeus »

Michel Rocher