Dimanche dernier avec des adolescentes de 12 à 16 ans, des Guides, nous évoquions des beaux moments vécus il y a peu. Que cela était bon à entendre ! Il y avait des moments vraiment joyeux, d’autres davantage lumineux … Prenant un chapelet dans les mains nous avons évoqué les quatre grandes parties de la vie du Christ que parcourt la prière du Rosaire :

Les mystères joyeux l’enfance du Christ
Les mystères lumineux sa vie publique
Les mystères douloureux sa passion, sa mort, sa mise au tombeau
Les mystères glorieux sa résurrection et sa glorification auprès du Père.

En effet le Seigneur vient nous rejoindre dans toute la trame de notre vie et de la vie du monde. Une trame où s’entremêlent : joies, lumières, souffrances et instants de profonds bonheurs, de communion (des avant-goûts du paradis).
Poursuivant notre échange une de ces jeunes filles a été surprise, puis émerveillée d’entendre : « Chaque fois que nous accueillons Jésus dans les parties joyeuses, lumineuses, douloureuses de nos vies, c’est le mystère de Noël qui se réalise en nous, autour de nous. Chaque fois Il vient partager ce que nous vivons, même de douloureux, pour nous apprendre à y accueillir le germe des mystères glorieux. »
Cette rencontre s’est terminée devant le tabernacle, là où la Présence mystérieuse du Christ, avec son corps ressuscité, se donne à nous. Seul un coeur disponible peut se laisser attirer et entrer dans l’expérience de la foi.

N’est-ce pas l’expérience même que la célébration du mystère de l’incarnation du Seigneur va nous proposer de célébrer et de vivre ?

Guillaume Villatte,  prêtre
Curé du Plessis-Bouchard et de Franconville gare