Le groupe d’Aumônerie des 5èmes, animé par Joseph TAMBA, se prépare cette semaine à sa profession de foi, au cours d’une retraite organisée sur la paroisse du 25 au 27 mai, la profession de foi ayant lieu le mercredi 31 mai à 20h. Un merci tout particulier aux six personnes qui se sont proposées pour venir épauler Joseph pendant cette retraite en l’absence du Père Guillaume empêché.

Rappelons que la profession de foi n’est pas un sacrement comme le sont le baptême ou l’eucharistie. Il s’agit de la proclamation de leur foi par des jeunes, renouvelant, devant la communauté paroissiale et leurs parents, la profession de foi faite en leur nom par ces derniers et leurs parrain et marraine, lors de leur baptême : « Je crois en Dieu le Père toutpuissant, créateur du ciel et de la terre, en Jésus-Christ, son fils unique notre Seigneur, qui est né et qui a souffert la passion. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair et à la vie éternelle ».
Rite de passage à l’adolescence, la profession de foi ? On peut le penser. N’est-ce pas la première fois que le jeune fait preuve d’autonomie en proclamant sa propre foi devant une assemblée de chrétiens, s’engageant ainsi sur un itinéraire spirituel ? Itinéraire tout tracé pour lui : devenir un « aventurier de la foi ». C’est ce que leur propose Mgr Stanislas LALANNE, dans le livret du même nom, qu’il a élaboré et fil rouge de la retraite. Aventuriers, comme le sont ce couple et cette religieuse invités par le Père Guillaume à venir témoigner devant eux.
Une profession de foi un soir de semaine, c’est bien inhabituel, dira-t-on… Oui, mais pas n’importe quel soir : le jour où l’Eglise fête la visitation de l’Ange à Marie. Première aventurière, pour avoir accepté, vierge, déjà fiancée à un homme, et au mépris de ce qui allait en découler pour elle (ne risquait-elle pas la lapidation ?), de lui répondre : « Qu’il me soit fait selon votre parole ! ».

profession_de_foi.JPG